Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
La vie Forbes

Sabi Sabi, l'ultime sophistication

Par Par Nadia Mensah-Acogny le 25 Novembre 2015

En bordure du Parc national de Kruger en Afrique du Sud, dans la région de Sabi Sands, se trouve la réserve de Sabi Sabi. Notre reporter nous livre son expérience de ce paradis animalier.



Crédits Rod Whyndam / Sabi Sabi
Crédits Rod Whyndam / Sabi Sabi
Son nom vient de celui de la rivière Sabi, qui signifie « la crainte » en shangaan, à cause du grand nombre de crocodiles et d’hippopotames dans ses eaux. La réserve de Sabi Sabi est née il y a trente ans de la volonté de Hilton et Jacqui Loon de préserver la faune et la flore de cette région de manière durable, tout en offrant aux populations locales une opportunité de travail à long terme. Devenue une icône dans son secteur, Sabi Sabi rafle les prix : le parc a été élu 3 fois Top African Safari Camp par Condé Nast et a fait partie à 7 reprises du classement World’s Best Top 15 Hotels de Travel and Leisure… Mais malgré ces distinctions, Sabi Sabi maintient ce qui fait son charme : un harmonieux mélange d’humilité, d’efficacité, de luxe, de gastronomie et de chaleur familiale.

A l’arrivée, l’hôte est attendu et accueilli avec le sourire. Une serviette chaude pour se rafraîchir, un fauteuil pour se prélasser et un cocktail pour se désaltérer. Suivront le checkin, les consignes de sécurité, l’installation dans le bungalow. Repos, déjeuner, temps libre. A 15 h 30, afternoon tea et rencontre avec le ranger qui s’occupera de nous durant tout notre séjour. Enfin, l’aventure peut commencer. Les Land Rovers sont alignées. Les rangers s’installent au volant de ces tanks verts spécialement construits pour résister à tout et posent leurs fusils le long du pare-brise. Les « trackers », dont le rôle est de guetter, sont perchés sur leurs sièges, à l’avant. Nous montons à bord, les véhicules s’ébranlent, le suspens commence… Verrons-nous les « Big Five », lion, rhinocéros, éléphant, buffle et léopard ? C’est le pari quotidien de chaque ranger. Nous parcourons trois heures durant un domaine de 7 000 hectares, à la recherche de sensations fortes. Le tracker aperçoit une horde d’éléphants, la Land Rover s’approche… Silence, on filme. Pas de gestes brusques, on chuchote de peur que l’animal ne s’énerve. Nos guides sont aux aguets. Ils sont formés pour analyser les moindres réactions des animaux. Ceux-ci nous ignorent royalement. Nous sommes à moins de 5 mètres d’eux dans une sérénité mutuelle. A leurs yeux, la Land Rover et ses passagers ne sont qu’un autre animal étrange, bruyant mais inoffensif Le talkie-walkie grésille, un ranger a repéré un spectacle unique à l’autre bout de la réserve, il faut faire vite pour ne pas le manquer. Nous retenons notre souffle… De quoi s’agit-il ? Nos guides se parlent en funagala, un mélange local de shangaan et de zoulou. Chacun espère en silence, le regard perdu dans la savane, bercé par les secousses de la Land Rover qui galope sur les chemins de terre battue. Le temps s’écoule tandis que tombe la nuit étoilée. Le tracker allume sa torche et guide le conducteur en balayant la savane de son rai de lumière. Soudain, nous apercevons les phares d’un autre véhicule. Et voilà deux léopards qui s’accouplent. Un spectacle extraordinaire, rarissime. Nos guides ont un immense sourire. Mission accomplie : nous avons vu l’exceptionnel.

Nous rentrons au lodge. Dans cette course au léopard, nous avons oublié le sundowner, l’apéritif en pleine nature, servi sur le capot de la Land Rover, accompagné de biltong, de la viande séchée. Qu’importe, puisque dès le premier jour nous avons vu les Big Five. Une fois arrivés, nous prenons l’apéritif au bar puis allons dîner dans le boma, un enclos en plein air inspiré de la culture zouloue. Tables festives, buffet royal chargé de délicieux mets concoctés par le chef : queue de boeuf, élan, impala… Au milieu du boma brûle un grand feu de bois et, au-dessus de nos têtes, le ciel étoilé brille de mille feux. Notre ranger dîne avec nous. Comme toujours, le service est impeccable. Tout semble couler de source, sans effort, sans bruit. Vers 21 heures, notre ranger nous raccompagne au bungalow. Le départ pour le safari du matin se fera à 6 heures. Une collation sera servie à 5 h 30. Nous nous endormons vite d’un sommeil profond.

Lodges à thèmes

Crédits Rod Whyndam / Sabi Sabi
Crédits Rod Whyndam / Sabi Sabi
Sabi Sabi compte quatre lodges conçus autour de thèmes. Selati Camp représente « hier ». Le lodge est empreint d’une élégance désuète qui rend hommage aux chemins de fer sud-africains. Dans un style romantique, il ravive un passé cher aux nostalgiques d’une époque révolue. Chaque bungalow porte une plaque au nom de l’une des stations de la ligne de Selati Railways. Le plus impressionnant est celui qui accueille la superbe suite présidentielle Ivory.

Little Bush Lodge et Bush Lodge parlent d’aujourd’hui. L’Afrique contemporaine y est présente dans les moindres détails : ethnique, chaleureuse, sobre et chic. Little Bush Lodge est réservé exclusivement aux adultes. Chaque suite est dotée de son Jacuzzi en plein air et d’un balcon. Pour les occasions spéciales, lune de miel ou anniversaire, la table est dressée en plein air, sur le lit asséché de la Msuthu River, pour une soirée inoubliable. Bush Lodge, le plus grand des quatre lodges, est à la fois spacieux et intime. Ses bungalows peuvent loger les familles avec enfants. Pour les tout-petits, l’Elefun Centre est idéal pour vivre l’expérience de la nature et des animaux. Ici, le style ethnique atteint son apogée dans le subtil mélange d’objets d’art, de textiles tissés et de mobilier contemporain originaires de tout le continent. Mais le véritable hymne à l’Afrique, c’est la magnifique suite Mandleve, du nom du plus vieil éléphant de la réserve. Et à Bush Lodge, le dîner est annoncé au son de la corne de koudou… 


Enfin, conçu pour être un paradis pour le corps et l’âme, Earth Lodge est un chef d’œuvre de minimalisme qui incarne demain. Il est considéré comme le lodge le plus respectueux de l’environnement en Afrique. Sa décoration très recherchée et naturelle s’inspire de la richesse du sous-sol africain : or, argent, bronze, platine et cuivre. Sabi Sabi a une capacité d’accueil de 107 personnes. Pour les groupes, un programme sur mesure est proposé selon le budget et les desiderata. Si vous songez à prendre des vacances, à partir en lune de miel ou à organiser un voyage de groupe, Sabi Sabi pourrait bien être la destination idéale. 



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Août 2018 - 13:30 DJ Awadi, décomplexé et impertinent


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine