Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Cover story

Mzi Khumalo, l'homme qui pèse de l'or

Par La Rédaction le 7 Juin 2018

C’est un parcours absolument atypique que Mzi Khumalo, un homme d’affaires aux convictions marquées, a tracé pour écrire le roman de sa vie, de la prison de Robben Island à la fortune tirée des mines d’or du Zimbabwe.



Nzi Khumalo et Michel Lobé Ewané à l'hôtel Saxon de Johanesbourg
Nzi Khumalo et Michel Lobé Ewané à l'hôtel Saxon de Johanesbourg
Le sillon de Mzi Khumalo a commencé dans les rues de Guamashu, un township de Durban au temps de l’apartheid, où il est témoin, depuis tout petit, de l’injustice et de la violence dont est victime le peuple noir sud-africain. Très jeune, il s’engage dans les rangs de l’ANC (African National Congress). «„Je me suis engagé à une époque où tout jeune Sud- Africain considérait que ce qui se passait dans notre pays était inacceptable„», affi‹rme-t-il, alors que nous discutons en «„petit-déjeunant „» au Saxon Hotel de Sandton, à Johannesbourg, un cinq-étoiles devenu célèbre pour avoir hébergé Nelson Mandela pendant six mois après sa libération de prison. «„Nous nous sommes engagés et nous avons combattu„; j’ai eu la chance d’en être sorti vivant. Beaucoup de mes amis et compagnons sont morts au combat. Moi j’ai connu la prison et la torture.„»

LES ANNÉES DE PRISON

Mzi Khumalo sera chargé de la mobilisation des masses et, plus tard, il intégrera la branche militaire du mouvement où il va servir dans la formation et l’organisation sur le terrain. En 1978, il est arrêté. «„Je m’étais rendu dans une résidence qui était pour nous une planque clandestine. La maison appartenait à un vieux militant que j’avais connu lorsque j’étais adolescent. L’homme venait d’être arrêté et je devais retirer de l’endroit des objets compromettants. Nous savions qu’il serait torturé et qu’il finirait par craquer. Nous savions aussi qu’ils [les agents du régime de l’apartheid, ndlr] viendraient fouiller la résidence et je me suis précipité pour y être avant qu’ils ne débarquent. Je suis arrivé très tôt dans la matinée, j’ai récupéré les ažffaires et, au moment de partir, ils sont arrivés et m’ont arrêté, juste avant midi.„»
 

Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 51 du numéro 49 Juin 2018, en vente ICI.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 13:49 Le succès africain de Moët & Chandon


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine