Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Cover story

Lomé, son port : futur pivot régional

Par EMMANUELLE SODJI le 19 Août 2016

La plateforme portuaire de Lomé, qui compte deux opérateurs, LCT et le groupe Bolloré, est une des plus grandes et des plus modernes au monde. Elle est appelée à jouer prochainement un rôle majeur dans la région.



A la nuit tombée, de multiples faisceaux de lumières scintillent sur l’horizon maritime togolais. C’est une véritable « ville » flottante ; des centaines de paquebots arrimés, au large, face aux nouvelles installations portuaires de la capitale. En réalité, 90% des navires sont en rade, en attente des activités offshore, mais, aussi, ils se mettent à l’abri des actes de piraterie maritime, dans des eaux réputées les plus sûres de la région. Toutefois, la majeure partie de ces navires-containers ne viendra pas à quai. L’objectif de ces navires est le port de Cotonou, la deuxième porte d’entrée du Nigeria, le plus grand marché de consommateurs de l’Afrique de l’Ouest. Cependant, peut-on imaginer un jour que le port de Lomé puisse devenir le pivot régional du trafic maritime ? Pour rivaliser en profondeur avec Lomé, il faudrait draguer les fonds du port béninois. Or, aucun investisseur n’est encore prêt à mobiliser des millions de dollars pour cela. Au-delà de cette singularité togolaise (16,60m) –une profondeur à quai unique dans la région–, Lomé a désormais d’énormes potentialités de développement depuis que le nouveau terminal futuriste de la capitale, Lomé Container Terminal (LCT), une société de droit togolais détenue à parts égales par la China Merchants  Holdings Company (CMHC) et par le Global Terminal Limited (GTL), ouvre les portes de la planète au Petit Poucet togolais. Un bijou de modernité et de technologie qui détonne dans un pays encore classé parmi les plus pauvres du monde !
Ce nouveau terminal du futur devient le seul port d’Afrique de l’Ouest et centrale à pouvoir réceptionner les plus grands navires au monde, jusqu’à 360 m de long !
« Des navires viennent régulièrement d’Europe mais aussi d’Asie, jusqu’à 337 mètres de long pour les plus grands pour l’instant, ce qui fait de ces navires, les plus grands jamais venus dans la sous-région. D’ailleurs, c’est le seul terminal dans la région à pouvoir accoster ce type de navire de dernière génération, hormis, sur le continent, en Afrique du Sud, à Durban, au Maroc ou encore en Egypte par le canal de Suez », indique Grégory Krief, le directeur général de Mediterranean Shipping Company (MSC) au Togo, l’une des plus grandes compagnies maritimes au monde, initiatrice de ce terminal du futur au Togo.
Une petite révolution dans le landerneau du transport maritime africain, passée presque inaperçue dans la presse internationale. Et pour cause, quelques jours avant le lancement des activités sur ce terminal privé, le 14 octobre 2014, les autorités togolaises inauguraient en grande pompe, l’extension d’un autre terminal géré par le groupe Bolloré sur le Port autonome de Lomé (PAL). Un coup médiatique orchestré par une agence de communication de réputation internationale.

Lomé, son port : futur pivot régional
Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 98 du numéro Février 2016, en vente ICI.



Dans la même rubrique :
< >
Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine