Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Cover story

Loïc Dablé, chef moderne et charismatique

Par Fleur-Jennifer Ntoko Moussio le 2 Août 2016

Consultant auprès des hôtels et des restaurants au sein du groupe qui porte son nom, Loïc Dablé est le chef qui promeut une vision contemporaine de la gastronomie africaine dans le monde.



A l’instar des chefs mondialement connus, tels Alain Ducasse, Alan Wong ou encore Gordon Ramsay, Loïc Dablé voit grand pour son groupe et joue sur plusieurs tableaux pour développer sa start-up culinaire. 
Loïc Dablé, aux manettes du restaurant Dapper, au cœur de la capitale française, propose une assiette aux saveurs de l’Afrique à la présentation moderne et raffinée.

UNE ÉQUIPE DYNAMIQUE ET UN INVESTISSEMENT PERSONNEL

Présent en France et dans une dizaine de pays africains, comme le Mali, le Sénégal ou encore la Côte d’Ivoire, le groupe Loïc Dablé (GLD) compte une vingtaine d’employés 
et près d’une centaine de collaborateurs à travers le monde. Bâti par le chef et sa compagne et associée, Karmelle Biyot, avec des fonds propres à hauteur de 15 000 euros, le projet a vu le jour fin 2012. Quelques mois plus tard, début 2013, GLD compte son premier client: un groupe hôtelier sénégalais. Les contrats et les partenariats s’enchaînent avec d’autres entités panafricaines et permettent de financer l’activité courante de l’entreprise.

​STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT PLURIELLE ET INDÉPENDANTE

Le « consulting », c’est avec cette activité de conseil que le projet a débuté. Les contrats de consulting, qui ont pu atteindre 500 000 euros pour un encadrement rapproché des groupes hôteliers, misent notamment sur le développement et la gestion de concept culinaire ou encore sur la formation de chefs. 

Bien qu’il soit difficile, en 2015, d’obtenir un chi¢re d’a¢aires représentatif des activités du groupe, le chi¢re d’a¢aires avoisinerait les 150 000 euros. La multitude des autres activités du groupe laisse entrevoir un avenir prometteur.

Niché entre le musée d’art africain et une bibliothèque remplie d’ouvrages d’auteurs du continent connus, le chef avoue que son concept culinaire se veut artistique et résolument premium. Aussi, avec Karmelle Biyot, il propose des produits de luxe et souvent d’une extrême rareté. 

Basé au cœur de la Ville lumière, le restaurant se situe à quelques rues de plusieurs ambassades africaines –un choix réfléchi des cofondateurs, qui souhaiteraient, dans un futur très proche, proposer un service traiteur pour les réceptions tenues dans ces bâtiments diplomatiques.

Bien que jeune, le chef a des airs de sage qui souhaite transmettre son savoir. 

GLD s’est associé avec le gouvernement ivoirien pour l’ouverture d’un centre de formation des arts de la table. Une passion de la transmission confirmée par un des cuisiniers : « Le chef m’explique souvent l’origine de chaque produit que l’on transforme, il est un peu comme un puits de savoir.Ł»
Le groupe qui comprend des restaurateurs, des consultants, des formateurs, des écrivains, compte ouvrir, courant 2016, sa propre maison d’édition indépendante – un désir de promouvoir la vision d’autres chefs africains avec leurs recettes et leurs univers.
GLD se positionne sur tous les secteurs liés à la gastronomie. Il tente ainsi notamment des partenariats avec des compagnies aériennes pour signer des cartes sur des vols en première classe. Il s’est associé également avec le groupe Andresy, le premier fournisseur de confitures à l’international pour l’hôtellerie et la restauration, avec lequel il travaille à 
la conception de confitures aux saveurs du continent.
Fin 2016, GLD espère atteindre le chi¢re d’a¢aires symbolique d’un million d’euros toutes activités confondues. 




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 13:49 Le succès africain de Moët & Chandon


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine