Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Exclusif web

Le Nigéria se «dedollarise»-t-il?

Par Patrick Nelle le 1 Juin 2016

Le Nigeria et la Chine ont mis fin au monopole du dollar dans leurs transactions commerciales.



En avril dernier, le président nigérian Muhammadu Buhari a effectué une visite officielle en Chine. A cette occasion, les autorités nigérianes et chinoises ont conclu un accord d’échange de devises. De manière formelle, la signature s’est faite entre Godwin Emefiele, le gouverneur de la Banque centrale nigériane, la CBN (Central Bank of Nigeria), et l’Industrial and Commercial Bank of China (ICBC). Concrètement, la Chine aura la possibilité de payer ses achats de pétrole brut nigérian en yuans, la monnaie chinoise, en lieu et place du tout puissant dollar. Le Nigeria disposera ainsi de réserves en yuans qu’il pourra utiliser pour acheter des biens à la Chine. Cet accord met théoriquement fin au monopole du dollar américain dans les transactions financières entre le Nigeria et la Chine.

La Chine compte parmi les premiers partenaires économiques du Nigeria. D’après les chiffres de la CBN, le commerce Nigeria-Chine, qui représentait 2,5 Mds$ en 2005, s’est hissé à 15 Mds$ en 2015.
Cet accord intervient au moment où l’effondrement du cours du pétrole impacte négativement les finances publiques et les réserves en devises étrangères des pays exportateurs de brut. Le Nigeria est le premier producteur africain de pétrole, qui constitue 90 % de ses recettes en devises, notamment en dollars. Entre 2013 et aujourd’hui, le prix du pétrole a baissé de 60 % sur les marchés internationaux, entraînant par ricochet une baisse des réserves de la CBN : en février dernier, celles-ci sont en effet passées sous la barre des 28 Mds$. Une première depuis 2005.
Cet accord illustre le combat que livre actuellement le Nigeria pour palier la crise de devises qui le frappe de plein fouet. Les autorités nigérianes ont mis en place une sévère politique de restriction des changes pour endiguer la baisse des réserves. La CBN a  réduit ses crédits aux importations de biens de consommation ainsi que les transferts d’argent à l’étranger. Les opérateurs économiques ont de plus en plus de mal à trouver des dollars sur le marché local. Sa raréfaction a fait grimper le prix du dollar sur le marché.

Avec la signature de cet accord, les autorités espèrent faire baisser la demande de dollars en permettant au commerce extérieur de s’effectuer dans une autre monnaie. Selon les experts, les yuans permettront certes au Nigeria d’être moins dépendant du dollar américain, mais le pays a avant tout besoin de diversifier son économie et de développer son secteur productif pour pouvoir rebondir.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Avril 2018 - 16:47 La Fondation Samuel Eto’o fait le show à Paris


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine