Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Cover story

La bataille pour le ciel africain

Par Patrick Ndungidi le 12 Octobre 2016

Le transport aérien en Afrique est au cœur d’une féroce compétition internationale que se livrent les grandes multi-nationales du secteur. Les entreprises africaines doivent se réinventer et devenir plus compétitives.




Sur le continent, le marché aérien aiguise les appétits des compagnies internationales telles que Turkish Airlines, Air France, Brussels Airlines ou encore Emirates Airline. Néanmoins, les compagnies africaines comme Ethiopian Airlines, Kenya Airways ou encore Royal Air Maroc continuent de faire de la résistance dans ce marché de plus en plus concurrentiel. En effet, même si l’Afrique ne représente que 3 % du trafic mondial, le potentiel de croissance est élevé. Le continent compte plus d’un milliard d’habitants et, dans plusieurs pays, on assiste à l’émergence d’une classe moyenne de plus en plus désireuse de voyager.  Un phénomène dont atteste l’évolution du trafic passagers, en hausse de 5,2 % par an, soit plus qu’en Amérique du Nord (+ 2,3 %) et en Europe (+ 3,8 %). Suivant cette progression, le nombre de voyageurs devrait tripler d’ici 2030. Une aubaine pour les transporteurs et constructeurs aériens en quête de nouveaux relais de croissance et marchés lucratifs.

AIR FRANCE-KLM : consolider le leadership en Afrique

Le groupe franco-néerlandais Air France-KLM est l’un des plus anciens à évoluer en Afrique. Actuellement, et en comptant l’activité de sa filiale low cost Transavia, l’entreprise exploite 46 destinations sur le continent africain, dont 39 en Afrique subsaharienne. Le groupe est particulièrement actif en Afrique occidentale, où il compte faire d’Abidjan son hub régional, grâce notamment à Air Côte d’Ivoire dont il détient 20 % du capital. L’Afrique de l’Ouest représente en effet un marché potentiel de plus de 300 millions d’habitants. Grâce à son partenariat avec Kenya Airways, Air France-KLM compte également ouvrir un hub à Nairobi afin de capter les courants de trafic entre l’Asie et l’Europe. Cela lui permettra de faire face à la concurrence d’Ethiopian Airlines, qui rayonne depuis Addis-Abeba. Dans son plan pour l’été 2016, le groupe franco-néerlandais a annoncé l’augmentation des fréquences de ses vols vers certains pays d’Afrique : six vols hebdomadaires vers Luanda, un cinquième vol direct à destination de Kinshasa, un deuxième vol vers Bangui, en continuation de Yaoundé, ainsi que sept vols par semaine cet été vers Le Cap. En Afrique de l’Ouest, le groupe, qui propose déjà des vols supplémentaires vers Abidjan en continuation de Bamako ou de Ouagadougou, va déployer des appareils de plus grande capacité vers Dakar, Lagos et Cotonou. L’entreprise optimise également son réseau en Afrique de l’Est en augmentant le nombre de vols circulaires pour conserver une offre dans la région.
Pour sa part, l’entreprise Turkish Airlines dessert 47 destinations vers l’Afrique. La meilleure compagnie aérienne européenne de ces cinq dernières années envisage l’ouverture de cinq nouvelles lignes courant 2016, notamment vers Conakry à partir du mois de juin. Fin 2015, l’entreprise avait inauguré de nouvelles liaisons à partir d’Istanbul vers l’île Maurice, Madagascar, Maputo et Durban, en prolongement du vol quotidien vers Johannesburg. D’ici vingt ans, la compagnie nationale turque souhaite desservir 100 aéroports africains et devenir la plus grosse compagnie aérienne à œuvrer sur le continent.

Mai 2016
Mai 2016
Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 70 du numéro 34 Mai 2016, en vente ICI.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 13:49 Le succès africain de Moët & Chandon


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine