Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Cover story

Kigali, sur les traces de Singapour

Par JACQUES LEROUEIL le 19 Août 2016

Vitrine du miracle économique rwandais, la capitale du pays aux mille collines s’est métamorphosée en l’espace de deux décennies. A la base de cette réussite spectaculaire, une stratégie : devenir une destination d’investissements incontournables. Et un modèle : la dirigiste et technocratique Singapour.



Pour les voyageurs familiers des grandes métropoles africaines et de leur habituel tohu-bohu, Kigali détonne : pas de mégots par terre, aucun grati, des pelouses coupées au cordeau. On cherche furtivement quelques sacs plastique égarés. Peine perdue. Prohibés depuis 2006, ils ont été remplacés par des emballages en papier biodégradable. Des petits détails qui n’ont l’air de rien mais qui, mis bout à bout, font de Kigali la capitale d’un pays considéré par le World Travel Guide comme la troisième destination la plus «verte» de la planète (derrière le Costa Rica et l’Equateur).

Article connexe : Villes d’Afrique : une compétition riche de promesses

Gare en tous les cas au nouvel arrivant qui l’aurait oublié ! Il se verrait gentiment –mais fermement– rappelé à l’ordre. «Ici, on ne badine pas avec les règles», confirme, sourire aux lèvres, un résident kigalois. Du reste, les nombreux taxis-motos qui parcourent la ville portent tous le casque réglementaire, de même que leurs passagers. Les policiers, omniprésents, sont là pour y veiller. Les feux de circulation, plus modernes que dans bien des capitales occidentales, égrènent les secondes d’attente avant de passer au vert, tandis que les piétons sont, depuis fin août, les seuls maîtres du boulevard KN4, en plein centre de Kigali. Sur cette grande artère commerciale, fini les vrombissements de véhicules, la municipalité a déployé le grand jeu pour les promeneurs : espaces verts, aires de repos, WiFi gratuit… Plus loin, des ouvriers de chantier s’affairent pour achever dans les temps les ouvrages de verre et de béton qui viendront prochainement s’insérer dans la skyline de la ville.

Kigali, sur les traces de Singapour
Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 88 du numéro Février 2016, en vente ICI.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 13:49 Le succès africain de Moët & Chandon


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine