Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Cover story

Kenya : Su Kahumbu Stephanou voit la vie en vert !

Par PATRICIA COIGNARD le 27 Juillet 2016

Pionnière de l’agriculture bio au Kenya, Su Kahumbu Stephanou a fondé Green Dreams Ltd, une entreprise qui développe des solutions personnalisées pour améliorer la vie des petits agriculteurs et des éleveurs du pays. Avec l’objectif de changer le regard de la jeune génération sur ces métiers indispensables.



L'aventure a démarré par une erreur qui aurait pu être fatale. En 1997, la native d’Oxford arrivée à l’âge de 8Łans au Kenya s’essaie à l’agriculture. Sa mère s’intoxique gravement en mangeant ses tomates cultivées avec un pesticide toxique. Une conséquence de son manque d’information. «L’accès à la vulgarisation agricole est un défi en Afrique.» Qu’à cela ne tienneŁ: en quelques années Su Kahumbu Stephanou devient une experte de la production de légumes biologiques dans son pays. Son sens du négoce et sa fibre entrepreneuriale contribuent au succès de son activité auprès des supermarchés traditionnels. En 2005, elle ouvre sa boutique bio à Nairobi. Et crée sa société, la bien nommée Green Dream, avec l’ambition de partager son expérience. « Il est impératif de mettre le pied à l’étrier aux plus de Kenyans possibles. Car, ironie du sort, ce sont les communautés agricoles qui souffrent le plus de l’augmentation des denrées agricoles et des famines. Et je suis convaincue que la technologie est l’une des clés pour changer radicalement cette donne et éduquer les fermiers et les agriculteurs à se développer sur le long terme», affirme-t-elle. La revue spécialisée (The Organic Farmer) et le site Internet spécialisé lancé par Green Dream ouvrent la voie de cette profession de foi. 

ICOW, L’APPLICATION DE RÉFÉRENCE

Un cap décisif est franchi en 2010. Su Kahumbu Stephanou et son équipe remportent le hackathon Apps4Africa, une compétition entre codeurs informatiques parrainée par le département d’Etat américain visant à stimuler la créativité numérique en Afrique. Leur application mobile, iCow, aide les petits exploitants laitiers à mieux suivre le cycle 
de gestation de leurs vaches et ainsi augmenter la production de lait. L’information proposée par abonnement ne transite que par SMS, ainsi les territoires les plus reculés peuvent aussi en bénéficier. Succès immédiat et d’ampleur.
Su Kahumbu Stephanou fait alors de iCow la référence numérique de son entreprise et étoffe l’application – disponible anglais et en kiswahili –de nouveaux services. Comme des solutions pour lutter contre certains insectes, la gestion d’élevages de poules pondeuses, de vaches, la gestion d’une place de marché pour vendre le bétail… L’année suivante, elle noue un partenariat avec le réseau de téléphonie le plus important du Kenya, Safaricom Ltd. iCow couvre désormais 80 %du territoire kenyan. A ce jour, plus de 100000 exploitants utilisent ses différentes fonctionnalités. 

«Nous avons des millions de fermiers kenyans à former et à accompagner dans la mise en œuvre d’une agriculture durable», explique Su Kahumbu Stephanou. «Nous les mettons en relation avec les experts proches de chez eux, par exemple des vétérinaires lorsque leurs bêtes ont besoin de soins ou d’être inséminées. L’objectif est de leur fournir les outils et la connaissance pour qu’ils gagnent un revenu décent.» Un signe qui ne trompe pas : l’âge moyen des utilisateurs est passé au cours des deux dernières années de 45 à 35 ans. 
iCow a été plusieurs fois distinguée parmi les meilleures applications numériques de l’Afrique. Elle a reçu le prix Vision 2030 pour l’innovation des TIC pour l’agriculture. En collaboration avec son partenaire la Foundation for Ethics in Globalisation and Accenture, Green Dream vient de lancer une toute nouvelle version, appelée iCow 2.0.
«La plateforme est beaucoup plus performante. Nous sommes en mesure de proposer de l’information à l’échelle non seulement de tout le Kenya, mais aussi d’autres pays africains.» Su Kahumbu Stephanou souhaite utiliser la somme de données collectées en temps réel par iCow pour aider le gouvernement à mieux anticiper les maladies qui touchent le bétail. «La véritable émergence de l’Afrique se fera par le sol… ou ne se fera pas», conclut-elle.

http://theorganicfarmer.org
http://icow.co.ke

Publié en DÉCEMBRE  2015 // JANVIER 2016   



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 13:49 Le succès africain de Moët & Chandon

Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine