Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Portrait

Jacqueline Jumbe-Kahura, une enseignante exceptionnelle

Par Patricia Coignard le 26 Juillet 2016

Cette Kényane est l’une des dix finalistes du Global Teacher Prize, distinction qui récompense le travail d’un enseignant ayant apporté une contribution remarquable à la profession. Elle se donne sans compter au travers de son association, le Lifting The Barriers.



Jacqueline Jumbe-Kahura, une enseignante exceptionnelle
Elle n’en revient toujours pas, Jacqueline Jumbe-Kahura, d’avoir été l’une des dix finalistes et la seule Africaine du Global Teacher Prize. Considérée comme l’équivalent du Nobel de l’éducation, la prestigieuse distinction de la Fondation Varkey Gems (coprésidé par l’ancien président Bill Clinton) a finalement échu à l’Américaine Nancie Atwell. « Lorsque le prix a été attribué le 15 mars 2015 à Dubaï à l’issue d’un processus rigoureux de sélection, j’ai appris que plus de 8 500 candidatures avaient été reçues et analysées », s’étonne-t-elle. Doté d’un million de dollars, le Global Teacher Prize récompense le travail d’un enseignant exceptionnel ayant apporté une contribution remarquable à la profession. « L’objectif est de donner plus d’envergure au métier d’enseignant. Nous cherchons à rendre hommage aux meilleurs professeurs, ceux qui sont une source d’inspiration pour leurs élèves et pour leur communauté. Nous sommes convaincus qu’un enseignement dynamique réveille et encourage 
les jeunes gens à réaliser leur plein potentiel. Le statut des enseignants dans nos différentes cultures est la clé de notre avenir mondial », explique la Fondation Varkey Gems. La sélection de Jacqueline Jumbe-Kahura dans le top 10 des lauréats du Global Teacher Prize distingue son implication majeure au service de l’éducation et de l’excellence dans les milieux ruraux kenyans au travers de son association Lifting The Barriers (LTB), fondée en 2009.


« Mes parents ont instillé en moi la conviction que l’éducation est la seule et unique voie de sortie de  la pauvreté »

​L’ÉDUCATION SOUS TOUTES SES FORMES

A l’école primaire de Bofa, l’un des 47 comtés du pays, les élèves et les habitants ont soutenu avec enthousiasme la candidature de « Jacque », comme ils aiment à la surnommer. Car, ici, il y a un avant et un après LTB. Dans ce territoire marqué par une très grande pauvreté, on manque de tout. « Le niveau d’éducation est extrêmement bas, le décrochage scolaire est important. Ce dénuement affecte aussi durablement l’état de santé global des communautés », explique l’enseignante. « Je suis issue d’une famille d’enseignants. Mes parents ont instillé en moi la conviction que l’éducation est la seule et unique voie de sortie de la pauvreté. Mon travail consiste à faire prendre conscience aux gens qui vivent au jour le jour qu’il existe une interaction forte entre une éducation de qualité pour leurs enfants et l’amélioration notable de leurs conditions de vie. »
Son approche pédagogique, basée sur l’interactivité et l’apprentissage en petits groupes, vise à créer un meilleur environnement d’étude pour les enfants, en particulier pour les élèves défavorisés. Avec LTB, sa contribution au développement académique de centaines d’élèves est multipleł: fourniture de mobilier scolaire, d’uniformes, de livres, d’installations sanitaires, construction de deux salles de classe modernes et spacieuses, prise en charge des frais de scolarité de certains élèves vacances, sessions… En avril 2014, Jacque a lancé le Weekend inclusive and School Holiday (WISH) project, une initiative pilote destinée à « stimuler l’envie d’apprendre sous différentes formes et pallier les limites du système d’éducation primaire gratuite en vigueur au Kenya, où les enfants sont souvent 60 par classe ». Au cours 
de ces WISHS, les jeunes s’initient à l’informatique, visitent des sites culturels, échangent. « Pour la majorité d’entre eux, c’est la première fois qu’ils quittent leur village. L’impact à long terme est majeur ».

UNE « MÉTHODE GLOBALE » TRÈS EFFICACE !

Sa « méthode globale » fonctionne et fait des émules. Les efforts ont contribué à élever le niveau d’éducation de 42 % à 68 % dans son comté. Jacque a sillonné le pays pour donner des conférences « inspirantes » sur l’importance de l’éducation pour la réussite personnelle à des étudiants de différentes écoles. Elle diffuse son expérience aux enseignants au travers de bulletins d’information. Elle les encourage à partager leurs meilleures pratiques, à poursuivre leur formation. La Kenyane siège au Conseil de l’éducation du comté de Kilifi qui gère l’enseignement de plus de 400 écoles. Elle siège également au conseil d’administration de deux écoles secondaires. Titulaire de trois diplômes d’enseignement à l’université de Nairobi, elle a postulé en 2009 à une bourse 
du Commonwealth offerte par la Fondation Aga Khan à dix enseignants d’Afrique orientale. Sélectionnée parmi 2 800 candidats, elle a ainsi financé un master à l’Institut d’éducation de l’université de Londres.
 « Le Global Teacher Prizeła contribué à la notoriété de notre association. Aujourd’hui, mes efforts visent à lever des fonds pour rémunérer les membres de mon équipe qui travaillent à ce jour bénévolement, et donner davantage d’ampleur à l’ensemble de nos programmes. Un enseignant impliqué et doté de suffisamment de moyens et de reconnaissance peut avoir une influence déterminante sur la vie d’un enfant »,   conclut-elle. 

Publié en Septembre 2015.



Dans la même rubrique :
< >

Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine