Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Cover story

CEMAC : La BEAC lève 285 milliards FCFA pour les banques

Par Carmel Bissoué le 30 Juin 2018

Les établissements de crédit du marché financier ont massivement souscrit aux liquidités mises en adjudications. Selon le vice-gouverneur de la Banque Centrale, le total des offres exprimées se chiffraient à 357,04 milliards de FCFA.



Un besoin de liquidités

Le siège de la BEAC à Yaoundé
Le siège de la BEAC à Yaoundé
La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a lancé un appel d’offres portant sur la fourniture des liquidités au marché monétaire de la Communauté économique et monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) (Cameroun, Congo, Centrafrique, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) pour un montant de 285 milliards FCFA. Selon les caractéristiques de l’appel d’offre de la BEAC, l’avis était valable du 14 au 21 juin 2018 à un taux d’intérêt maximum de 2,95%.

Sauf qu’en l’espace de 24h, les acteurs du marché financier de la Cemac se sont bousculés et ont massivement souscrit aux liquidités d’un montant de 285 milliards FCFA mises en adjudication, le 12 juin, par la Banque Centrale. Selon le communiqué des résultats de l’adjudication signé le 13 juin par le vice-gouverneur de la Banque Centrale, Dieudonné Evou Mekou, l’on a enregistré un montant total des offres exprimées à 357,04 milliards FCFA alors qu’il n’y avait que 285 milliards FCFA mis en adjudication.  Ce qui fait une demande supplémentaire de 72 milliards FCFA. Soit un taux de souscription de 125,28%. Le taux d’intérêt maximum était alors de 2,95%.
Un engouement record qu’affiche les banques des Etats membres de la Cemac qui ont bouclé les opérations de souscriptions de l’avis d’appel d’offres en 24h uniquement pour une offre qui était ouverte sur sept jours. Ce qui peut laisser deviner un besoin considérable de liquidités sur le marché monétaire de la sous-région Afrique Centrale. 

 

​Refinancer les établissements de crédits


L’intérêt de cette injection de capitaux obéit à une politique monétaire mis en place par la Banque Centrale des états de l'Afrique centrale (Beac) en 2017. Il s'agit, explique la Beac, « de mettre à la disposition de l’économie des moyens de paiement en quantité nécessaire et suffisante pour favoriser la croissance et le plein emploi, dans la stabilité des prix et tout en veillant à la parité externe de la monnaie ». La BEAC, dont la mission est d'assurer la mise à la disposition de l'économie des moyens de paiement, utilise le canal du Marché Monétaire pour réguler la liquidité bancaire. Le but est donc « de refinancer le système bancaire en faveur des établissements de crédits éligibles » qui font face aux tensions temporaire de liquidités pouvant affecter la stabilité financière de la sous-région Cemac. 
Pour rappel, la Commercial Bank Tchad (CBT) avait déjà bénéficié des bienfaits de ce nouveau dispositif avant la validation de ce cadre général à travers la mise à disposition d’une enveloppe de 11 milliards FCFA, par la BEAC. Au moment où nous allions sous presse, la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Beac) a proposé à nouveau 285 milliards de Francs CFA sur le marché monétaire, cinq jours après la première adjudication. 



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 13:49 Le succès africain de Moët & Chandon


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine