Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
La vie Forbes

Asa : la musique dans la peau

Par Elodie Vermeil le 29 Juin 2016

C’est à Abidjan* que nous avons rencontré Asa. Chouchoute du public et des critiques, l’étoile nigériane s’est livrée avec spontanéité. Emblématique de l’intense vitalité de la scène artistique nigériane, la chanteuse de 33ans incarne une Afrique ouverte et cosmopolite.



Asa : la musique dans la peau
Am in chains, you’re in chains too…» En noir sur blanc, cela ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais en entendant les noires et les blanches qui composent  Jailer, vous reconnaîtrez forcément cet air familier. Asa n’a pas de réponse toute faite quand on lui demande d’où lui vient sa vocation. « Je pense que je suis née pour faire de la musique, car j’ai commencé vraiment très tôt. Petite, je tapais en rythme sur toutes les surfaces planes et, dès que j’entendais de la musique quelque part, je m’arrêtais pour écouter. Ma grande révélation a été Fela, que j’ai vu en concert à l’âge de 5 ans. Perchée sur les épaules de mon oncle au milieu d’une mer humaine, j’ai senti toute l’énergie qu’il dégageait et en suis restée sans voix. “Ma place est sur cette scène.” C’est ce que je me suis dit. C’est là que je voulais être..» 

Vingt ans plus tard, c’est chose faite, et Asa se sent chez elle sur toutes les scènes du monde : il suffit de la voir performer pour se dire que la vérité sort bel et bien de la bouche des enfants. Si son destin s’impose comme une évidence, Asa a su le prendre à bras-le-corps, fidèle au surnom de «petit faucon» (asa en yoruba) que lui a valu son caractère fonceur. Bercée de musiques noires américaines, de chants traditionnels et religieux yoruba et des grands classiques de la musique Gold Coast, «Bukky» (Bukola Elemide à l’état civil) tâte du konga et des percussions dès son plus jeune âge à l’église du christianisme céleste que fréquente sa famille.

Sa voix, par contre, est jugée trop grave pour la chorale, et ne fera pas non plus l’unanimité aux différents concours auxquels participe la jeune pousse quelques années plus tard, malgré une formation d’un an au Peter King College of Music. C’est une démo, envoyée comme une bouteille à la mer en 2004 au programme Visa pour la création de l’AFAA, le département culturel du ministère des Aıaires étrangères français, qui scelle son destin musical. Retenue pour le projet «Assata», elle entame une résidence de quatre mois à Paris, avec trois jazzmen français et trois autres artistes nigérians. Son retour au berceau –Asa est née à Paris, qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans – est marqué par des rencontres déterminantes : Manu Dibango, Femi Kuti, Richard Bona, Archie Shepp, et Les Nubians, qui lui donnent l’opportunité de se produire sur scène à leurs côtés. «Ils ont tous joué un rôle très important dans mon évolution. J’ai eu la chance de les voir jouer, ils m’ont donné des conseils, et petit à petit, j’ai pu trouver ma voie.»

La suite on la connaît : fin 2006, Asa signe chez Naïve Records (label indépendant français) et enregistre l’album éponyme Asa, délicate fusion de soul, folk, pop et reggae, en écho à son métissage culturel et musical et aux différentes pièces du puzzle qui compose sa personnalité. Un premier album vendu à 400 000 exemplaires et couronné par le prix Constantin 2008, où Asa est préférée à Yael Naïm, Thomas Dutronc ou Julien Doré. Depuis, le faucon nigérian vole de succès en succès sans jamais se brûler les ailes : quatre albums à son actif, dont le second, Beautiful Imperfection, est classé n°1 sur iTunes dès sa sortie ; des concerts dans les plus grandes salles parisiennes ; plus de 300⁄dates à guichets fermés à travers le monde, des premières parties prestigieuses, Akon, John Legend, des collaborations fructueuses, Tiken Jah Fakoly, Yannick Noah… 

Mais Asa n’a pas la célébrité tapageuse. Totalement investie dans son métier, elle est bien trop occupée à savourer chaque instant de sa vie d’artiste. Sa ligne d’horizon ? Vivre intensément sa musique et continuer d’écrire des chansons qui touchent le public. « Je suis heureuse quand les spectateurs quittent mes concerts sourire aux lèvres. Heureuse de sentir que les frontières s’effacent quand je chante. Si je n’étais pas chanteuse, je crois que je serais devenue infirmière. J’aime cette interaction avec les gens. J’aime les rendre heureux, leur faire sentir combien la vie est belle et précieuse…»
 
Mission accomplie : qu’Asa parle ou chante, la vie s’éclaire quand on l’écoute… 
* Rencontre qui s’est tenue à l’occasion d’un concert de bienfaisance pour la prévention de la transmission mère-enfant du VIH. 

Publié en mars 2016 en vente ici



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Août 2018 - 13:30 DJ Awadi, décomplexé et impertinent


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine