Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Exclusif web

Ange Mbayen, Beauty Queen

Par Par Gaëlle Oyono le 19 Mai 2016

À 27 ans, Ange Mbayen est la directrice générale de Bold & LBB SAS, une société à actions simplifiées créée en 2015 et spécialisée dans les cosmétiques au Cameroun. Après des années en France, la jeune femme a décidé il y a un peu moins d’un an de rentrer s’installer au Cameroun et d’y tenter l’aventure en tant qu’entrepreneuse. Accompagnée d’Isma Henani et d’Audrey Mouangue, elle a lancé sa propre marque de cosmétiques. Entretien.



Ange Mbayen, Beauty Queen

FORBES AFRIQUE : Pouvez-vous nous en dire davantage sur votre entreprise ?

Ange Mbayen : Nous avons créé la société par actions simplifiées Bold & LBB SAS en août 2015. Le siège de notre entreprise se trouve à Douala et sa raison commerciale est la fabrication et la distribution de produits cosmétiques. J’en suis la présidente, Isma Henani la directrice commerciale, et Audrey Mouangue la directrice artistique. Bold & LBB SAS commercialise deux marques : Bold Make Up et Le Beauty Bar, déposées et enregistrées à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) et à l’OAPI (Organisation africaine de la propriété intellectuelle). Bold Make Up est une marque de maquillage pour peaux noires, métisses et mates, 100 % made in France. Notre but est d’offrir aux beautés africaines le meilleur compromis entre qualité et prix, mais aussi de créer une communauté de femmes « Bold » autour de la marque. Nous avons souhaité donner une identité fun et forte à notre marque que nous avons inscrite dans l’univers de la boisson. Ainsi, tous nos produits portent des noms de boissons ou sont en rapport avec ce thème : le fard à paupières Mojito, le fond de teint Expresso par exemple. 

Quel est votre objectif principal ?

Nous avons pour objectif d’imposer nos deux marques déjà au Cameroun, puis sur l’ensemble du continent africain. En créant notre marque, nous nous sommes rendu compte qu’au-delà du produit, il y avait surtout un problème en termes de canal de distribution et de qualité de service. C’est pourquoi nous avons décidé d’ouvrir Le Beauty Bar, un concept store multimarques entièrement dédié au maquillage. Les gens oublient souvent de soigner le côté expérientiel du point de vente.

Pour quel business model avez-vous opté ?

Le business model classique consiste à lancer une marque qui réussit d’abord en Occident avant de l’implanter en Afrique. Nous, nous voulons faire le contraire, et réussir en Afrique avant de nous étendre en Occident. La difficulté dans cette logique est que malheureusement, l’Occident est le trend setter et sert de modèle : il est plus facile de crédibiliser et d’imposer une marque qui existe déjà en Europe ou aux États-Unis qu’une marque africaine basée en Afrique. C’est un challenge que nous nous efforçons de relever chaque jour, en adoptant les mêmes standards que les grandes marques, notamment en termes de communication et de qualité du produit.

Quelles sont vos perspectives de développement à court, moyen et long terme ?

Nous allons ouvrir notre boutique définitive à l’Atrium Shopping Mall à la fin du mois d’avril 2016. Pour la suite, à court terme, nous envisageons d’étendre le réseau de distribution de la marque Bold Make Up au sein de la ville de Douala et surtout à Yaoundé et à Buéa, où il y a une forte demande, puis d’ouvrir un Beauty Bar à Yaoundé. À moyen terme, nous souhaiterions étendre la marque Le Beauty Bar dans le reste de l’Afrique par voie de franchises par exemple. Enfin à long terme, nous aimerions fabriquer les produits Bold Make Up sur le continent africain, pour réduire les coûts de fabrication et de transports qui sont aujourd’hui assez élevés.


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine