Forbes Afrique magazine
Facebook
Twitter
Menu
Exclusif web

8 (anciens) présidents que vous aimeriez recruter pour votre start-up

Par Harley Kenguéléwa le 21 Septembre 2016

Le mode de fonctionnement de certains dirigeants politiques, entourés de leurs collaborateurs, se rapproche de celui d’un entrepreneur.



8 (anciens) présidents que vous aimeriez recruter pour votre start-up
Quel est le point commun entre la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala et le Sud-africain Nhlanhla Nene ? Avoir été ministre des Finances dans leurs pays respectifs et, surtout, avoir mis leurs connaissances et leurs réseaux d’acteurs économiques et politiques au service de grands groupes cherchant à obtenir une efficacité optimale, pour lesquels ils interviennent en tant que consultants, bien au-delà d’une simple opération de communication.
 
En effet, rien n’interdit à des chefs d’Etat et de gouvernement de retourner dans le secteur privé à l’issue de leur mandat, à condition de respecter un code de déontologie scrupuleux et d’éviter tout conflit d’intérêt. Il ne s'agit en aucun cas de les présenter sous un angle purement politique, mais d’identifier une expertise, des compétences, des aptitudes et des convictions qu’ils pourraient mettre à profit dans l’ensemble des départements constituant la structure de la start-up ou de la PME, si l'idée – certes audacieuse mais réalisable – vous venait de recommander leurs services en votre qualité d’actionnaire de l’entreprise.
 
1 - Paul Kagamé (Rwanda) – Mandat présidentiel : en fonction depuis le 24 mars 2000
Fait marquant : il ambitionne de faire du Rwanda la « Silicon Valley » de l'Afrique. Résultat : au Pays des mille collines, Internet est accessible à un très grand nombre d’habitants, et le mobile y est devenu omniprésent. Son principal espace collaboratif héberge plusieurs start-up et les services administratifs seront bientôt totalement numérisés.
 
Pôle d’intervention idéal : innovation, technologies, recherche et développement.
 
Missions que vous lui confieriez : féru de nouvelles technologies et des réseaux sociaux, Paul Kagamé assurerait une veille concurrentielle dans ce domaine, diffuserait la culture de l’innovation au sein de la start-up, définirait les grandes orientations de la politique d’innovation et superviserait la conception de produits innovants.
 
2 - Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) – Mandat présidentiel : en fonction depuis le 6 mai 2011
Fait marquant : il parvient à attirer des investisseurs étrangers via le forum Investir en Côte d`Ivoire (ICI 2014), un pari risqué en raison du mauvais climat des affaires à l’époque (absence de rénovation des infrastructures, difficulté à obtenir des financements bancaires, faible protection du droit de propriété…), d’autant plus que le pays sortait d’une crise politique majeure.
 
Pôle d’intervention idéal : communication, marketing et commercial.
 
Missions que vous lui confieriez : Alassane Ouattara stimulerait les équipes de vente, superviserait les études de marché et concevrait des campagnes promotionnelles. Doté d'un solide réseau et d’un excellent carnet d’adresses, il définirait la stratégie de communication et déterminerait l’image de l’entreprise à l’international.
 
 
3 - Seretse Khama Ian Khama (Botswana) – Mandat présidentiel : en fonction depuis le 1er avril 2008
 
Fait marquant : à l’instar de ses prédécesseurs, il a opté pour une gestion budgétaire rigoureuse de sa manne financière en provenance de l’exploitation du diamant. Les ressources sont affectées à des dépenses de santé, d’éducation et d’infrastructures.
 
Pôle d’intervention idéal : administration, comptabilité et finance.
 
Missions que vous lui confieriez : en plus de gérer les comptes de la société, Seretse Khama Ian Khama conseillerait la direction générale sur les décisions à prendre quant aux projets d’investissement et de placement.
 
4 - Haile Mariam Dessalegn (Ethiopie)  – Durée à la Primature : en fonction depuis le 20 août 2012
 
Fait marquant : une main d’œuvre bon marché et une fiscalité attractive auprès des investisseurs internationaux ont permis à l’Ethiopie de devenir le « nouvel atelier du monde » (y sont confectionnés entre autres chaussures et vêtements), y compris sous la gouvernance de Haile Mariam Dessalegn.
 
Pôle d’intervention idéal : production et service technique.
 
Missions que vous lui confieriez : Haile Mariam Dessalegn se chargerait des commandes auprès des fournisseurs et mettrait en œuvre les moyens de production et les circuits de distribution pour fabriquer et commercialiser les produits ou services attendus par les clients.
 
5 - Hifikepunye Pohamba (Namibie) – Mandat présidentiel : 21 décembre 2005 - 5 novembre 2015
 
Fait marquant : faisant preuve d’une grande modestie, d’humilité et de calme, il a œuvré efficacement à la cohésion et à la réconciliation nationale au sein de son pays. A ce titre, il s’est vu décerner le prix Mo-Ibrahim, récompensant sa bonne gouvernance du pays.
 
Pôle d’intervention idéal : ressources humaines.
 
Missions que vous lui confieriez : en complément de la gestion du recrutement, Hifikepunye Pohamba, homme de dialogue et d’écoute, garantirait un climat social apaisé au sein des salariés, mais également des relations sans heurts entre les employés et la direction.
 
6 - Pascal Lissouba (Congo) – Mandat présidentiel : 31 août 1992 - 25 octobre 1997
 
Fait marquant : conscient que les contrats pétroliers liant l’Etat congolais aux multinationales étaient totalement déséquilibrés depuis de nombreuses années, Lissouba avait à l’époque tenté de renégocier les accords passés avec la société Elf (aujourd'hui intégrée au sein du groupe français Total).
 
Pôle d’intervention idéal : affaires juridiques, contrats et contentieux.
 
Missions que vous lui confieriez : Pascal Lissouba veillerait à ce que tous les contrats soient rédigés conformément aux modalités négociées au regard de la loi, tout en servant au mieux les intérêts de l’entreprise.
 
7 - Jakaya Kikwete (Tanzanie) – Mandat présidentiel : 21 décembre 2005 - 5 novembre 2015
 
Fait marquant : Jakaya Kikwete a été aux commandes d’un pays régulièrement cité en exemple en matière de gouvernance économique. D’après le FMI, la Tanzanie a réalisé une croissance économique de plus de 7 % en 2014, ce qui lui a d’ailleurs valu une reconnaissance du président américain Barack Obama, qui l’avait choisi comme seul pays de la région des Grands Lacs à visiter durant sa première grande tournée africaine.
 
Pôle d’intervention idéal : direction générale.
 
Missions que vous lui confieriez : Jakaya Kikwete définirait et exécuterait la stratégie de l'entreprise.
 
8 - Jerry Rawlings (Ghana) – Mandat présidentiel : 31 décembre 1981 - 7 janvier 2001
 
Fait marquant : militaire de carrière, Jerry Rawlings a renversé le régime en place par un coup d'Etat à la fin de l’année 1981, pour instaurer le multipartisme en 1992 et devenir un chef de l’Etat élu démocratiquement. Après avoir permis l’alternance politique de manière pacifique au Ghana, et ne pouvant plus se présenter à la magistrature suprême, il a quitté le pouvoir en 2000 avec les honneurs.
 
Pôle d’intervention idéal : présidence du conseil de surveillance.
 
Missions que vous lui confieriez : disposant de prérogatives limitées, Jerry Rawlings serait informé par la direction générale sur la bonne marche de la société et ferait part de ses suggestions et remarques à l’assemblée générale sur les rapports de gestion. En cas de force majeure relatif à la bonne marche de l’entreprise, il pourrait demander une réunion extraordinaire.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Avril 2018 - 16:47 La Fondation Samuel Eto’o fait le show à Paris


Inscription à la newsletter

Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine