Exclusif web

Yoadan Tilahun, l’événementiel se libère

Par MIRIAM FOGOUM le 17 Mai 2017


A la tête de son entreprise d’événementiel, elle a décomplexé pour les femmes le monde de l’entrepreneuriat en Ethiopie.



Comme Emmanuel Macron, la banque ne lui suffisait plus. Yoadan Tilahun voyait plus grand. Pas en politique, mais dans les strass et les paillettes. Le « Made in Ethiopia » ne se discerne plus seulement dans la fabrication des chaussures ou dans le textile, on le retrouve également entre les mains d’une dame, spécialisée dans un autre genre : l’événementiel. Le symbole est fort, surtout dans une Ethiopie encore surprise de rencontrer une «cheffe d’entreprise.»

Yoadan Tilahun cette jeune entrepreneure de 41 ans a laissé tomber son poste d’analyste RH à la Banque Mondiale, et lance en 2004 Flawless Events, sa propre boîte d’événementiel. D’abord installée à Washington aux États-Unis, elle relocalise Flawless Events à Addis-Abeba, en 2008.
 
Depuis, elle a su imposer son marque dans une Ethiopie encore peu au fait de l’industrie de l’événementiel. « Il n’y avait qu’une seule entreprise éthiopienne qui s’était lancée dans le domaine », raconte la chef d’entreprise dans le magazine INTO CHIC. « L’Ethiopie est un grand pays avec de grandes opportunités et de nombreuses entreprises commençaient à organiser des événements ». Alors la jeune dame a décidé de mettre en lumière ses atouts d’organisatrice. Avec Flawless Events, son entreprise,  elle contrôle aujourd’hui le portefeuille des enseignes tels que Coca-Cola, Google, IBM ou encore la Bill & Melinda Gates Foundation… « J’aime organiser des événements j’en rêve la nuit. C’est épuisant mais plus je suis fatiguée, plus j’ai de l’énergie pour continuer », assure Yoadan.  Et ses songes se transforment tous les jours en réalité car, son plus grand souhait en 2008 était d’organiser un événement par mois, elle en est à plus de six, presque dix ans plus tard. Même si pour elle « ce n’est pas encore assez », dit-elle tout sourire.
 
Son nom est en tous les cas devenu synonyme d’exigence et de qualité.  Le bouche à oreille l’y a aidé et les recommandations l’ont consolidé. Avec son équipe constituée de sept femmes et d’un homme, elle a créé un profil d’entreprise atypique qui pourrait pousser à la curiosité. Ce n’est pas du sexisme, mais comme l’indique Yoadan Tilahun, «j’ai quelques fois engagé des hommes pour travailler avec nous, mais malgré leur professionnalisme, j’ai trouvé qu’ils n’avaient pas la même patience et attention pour les détails.» On note toutefois que le seul homme est le chauffeur de l’entreprise. Une entreprise qui n’a pas fini de se déployer, à l’image de son entreprenante dirigeante qui espère être à la fois l’ombre et la lanterne de toutes les actions à venir. Prochain objectif pour l’entrepreneure, étendre sa boîte à d’autres pays d’Afrique. Le carnet des événements à organiser pourrait donc bien grossir encore encore sensiblement au cours des prochaines années.
 



Dans la même rubrique :
< >
Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter