Classements

Venus d’ailleurs, ils ont fait fortune en Afrique

Par JACQUES LEROUEIL le 1 Mars 2017


Faire fortune sur le continent n’est pas l’apanage d’une classe exclusive d’opérateurs locaux. Logistique, brasserie, matières premières, agro-industrie… Autant de secteurs ultra-profitables qui ont permis à quelques milliardaires étrangers de bâtir de véritables empires africains. Parfois de manière trouble. Itinéraire de quatre d’entre eux.



La filière française

Pierre Castel, le patriarche (10,1 MILLIARDS DE DOLLARS)
Débarqué en 1947, Pierre Castel n’a depuis plus cessé de sillonner l’Afrique. Il démarre modestement, en vendant du vin rouge expédié en vrac dans les colonies françaises. Mais le hasard des rencontres change vite la donne. La légende raconte qu’un soir de 1967 à Libreville, il fait fortuitement la connaissance d’un jeune Gabonais, qui lui mettra plus tard le pied à l’étrier pour s’imposer sur le marché local, Albert Bernard Bongo (appelé par la suite Omar Bongo). L’entreprise prend son envol et la saga africaine de Castel est lancée. Angola, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Cameroun, Tunisie… Le brasseur est aujourd’hui présent partout sur le continent et peut souvent compter sur des situations de quasi-monopole, notamment dans les pays francophones, où il s’est entendu avec SABMiller (racheté depuis par AB Inbev pour plus de 120•milliards de dollars) pour éviter une concurrence trop frontale. Malin mais surtout payant•: 6 milliards de dollars de revenus et 815•millions de dollars de profits pour l’ensemble des activités africaines de Castel, selon le rapport annuel 2015 de SABMiller, partenaire du français via la société BGI. De quoi faire de Castel, un géant de 36›000•collaborateurs, le 2e brasseur d’Afrique et le no 3 mondial du vin.

Vincent Bolloré, l’Africain (4,8 MILLIARDS DE DOLLARS)

Parfois surnommé «›l’Africain›», en raison de ses nombreuses activités sur le continent et de ses relations privilégiées avec plusieurs chefs d’Etats de la région, Vincent Bolloré dirige le groupe éponyme, un conglomérat tentaculaire (transport et logistique, communication, énergie…) dont le fleuron est la marque Bolloré Transport & Logistics (anciennement Bolloré Africa Logistics).

Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 48 du numéro 40 Décembre 2016-Janvier 2017, en vente ICI.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Décembre 2016 - 10:25 PODCAST. Les plus grandes fortunes du hip-hop

Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter