Toute la vérité sur la fortune de Donald Trump

Forbes évalue la fortune de Donald Trump à 3,7 milliards de dollars - une baisse de 800 millions par rapport à l’an dernier*. Au sommaire : repli des prix de l’immobilier, informations inédites et inventaire détaillé des actifs qui fondent l’empire du Président des Etats-Unis.


Donald Trump semble peu disposé à dévoiler ses déclarations de revenus. M. Trump craindrait, selon nombre de ses détracteurs, que l’on ne constate qu’il n’est plus milliardaire. Hautement improbable. Pour commencer, il n’existe pas de corrélation directe entre les revenus de M. Trump et la valeur de ses actifs, leur endettement ou la participation qu’il détient dans chacun d’entre eux. Par ailleurs, Forbes passe au crible sa fortune depuis la création du classement Forbes 400 en 1982. Tantôt elle progresse, tantôt elle recule - et, pendant la majeure partie des années 1990, elle était absente du classement. Si sa fortune est bien réelle, elle est cependant loin des dix milliards de dollars qu’il prétend posséder.
    Après quinze mois de recherches sans précédent, Forbes a établi la fortune de M. Trump à 3,7‰ milliards de dollars, soit une baisse de 80 ‰millions depuis l’an dernier. Cette chute est en partie due à un ralentissement du marché immobilier de la ville de New York, notamment celui des immeubles de bureaux et commerciaux, où les valorisations sont à la baisse. De nouveaux éléments ont aussi pesé dans la balance. Sur les 28‰ actifs ou classes d’actifs examinés par Forbes, 18 ont vu leur valeur s’eff“riter, y compris son emblématique Trump Tower sur la Cinquième Avenue, à Manhattan •; le 40 Wall Street, son joyau du centre-ville •; et Mar-a-Lago, son club privé situé en front de mer de Palm Beach. Sept propriétés ont pris de la valeur –‰ notamment le 555 California Street, deuxième des plus hautes tours de San Francisco. L’une est restée stable. Deux nouveaux actifs intègrent cet inventaire. D’une part, une participation de 4‰% dans un complexe à prix abordable situé à Brooklyn et qui figure sur la déclaration de patrimoine déposée par D.‰Trump auprès de la Commission électorale fédérale (Federal Election Commission, FEC). De l’autre, son unique transaction immobilière réalisée cette année ‰: l’acquisition d’un entrepôt sous saisie, construit à Charleston (Caroline du Sud) il y a près de cinquante ans. L’entrepôt appartenait auparavant à Titan Atlas, une société, dans laquelle son fils Donald junior avait investi. Le jeune Trump (ainsi que d’autres investisseurs) avait personnellement garanti auprès de la Deutsche Bank un prêt pour l’entreprise, que son père racheta par la suite. Dans le cadre de sa candidature, Donald Trump a accordé à sa campagne un prêt de 48 ‰millions de dollars issus de ses propres deniers, ainsi qu’un don de sept millions de dollars.

Numéro 41 Février 2017
Numéro 41 Février 2017
Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 64 du numéro 41 Février 2017, en vente ICI.

CHASE PETERSON-WITHORN ET JENNIFER WANG
Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter