Repenser le recyclage

Contrairement aux idées reçues, nos déchets n’ont pas tous de la valeur.


Le verre est désormais mis au rebut dans cette usine de traitement des déchets de Houston. «L’écologie coûte cher», explique David Steiner, PDG de Waste Management.
Le verre est désormais mis au rebut dans cette usine de traitement des déchets de Houston. «L’écologie coûte cher», explique David Steiner, PDG de Waste Management.
« La plupart du temps, on dirait juste un immense tas de détritus », lance David Steiner, PDG de Waste Management, en allusion à l’usine de traitement des déchets que possède sa société à Houston. Bruyante, nauséabonde et poussiéreuse, l’usine est une véritable machine de Rube Goldberg de 40 000„m2 qui avale 300„ tonnes d’ordures par jour. Les matériaux sont déversés d’un tapis convoyeur à un autre. Des aimants récupèrent les boîtes de conserve. Des tamis séparent le carton et le papier. Des capteurs optiques actionnent des buses à air qui éjectent les bouteilles dans les alvéoles appropriées.
    Tous ces matériaux ne seront pas recyclés. Environ 15„% des déchets que les habitants mettent dans leur bac de recyclage devraient être jetés aux ordures ménagères non recyclables.
    Mais fournir aux habitants de plus grandes poubelles de tri et multiplier les voies de recyclage entraîne une « conséquence involontaire » „: ils veulent absolument tout recycler. La plupart du temps, ce sont les sacs en plastique, mais aussi les vieux tuyaux d’arrosage. Ils s’enroulent autour des mécanismes et compromettent les installations. « C’est plus compliqué de recycler les choses qui ont vraiment de la valeur », explique M. Steiner.
    Tout cela a son importance, car l’économie du recyclage a aujourd’hui basculé. Le recyclage, c’était l’exemple par excellence du bien faire en faisant du bien. A la fois écologique et rentable. En 2014, alors que la Chine convoitait encore le papier, l’aluminium et l’acier à peine usé des Américains, la tonne lambda de déchets résidentiels recyclés se négociait à 100„ dollars minimum. De quoi couvrir largement les 80 „dollars nécessaires au traitement d’une tonne de déchets et dégager une marge pour les actionnaires de Waste Management.
Mais depuis, le vent a tourné.

Numéro 41 Février 2017
Numéro 41 Février 2017
Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 24 du numéro 41 Février 2017, en vente ICI.

CHRISTOPHER HELMAN
Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter