Techno

Rencontre avec Nunu Ntshingila, Directrice Afrique de Facebook

Par Patrick Ndungidi le 7 Juin 2017


Publicitaire aguerrie avant de rejoindre en 2015 l’entreprise créée par Mark Zuckerberg, Nunu Ntshingila évoque pour Forbes Afrique les projets et défis futurs du géant américain sur le continent.



Rencontre avec Nunu Ntshingila, Directrice Afrique de Facebook

Présentez-nous les activités de Facebook en Afrique

Nunu Ntshingila : Facebook est très engagé en Afrique. Avec plus d'un milliard de personnes, il existe des opportunités commerciales dans de nombreux pays à travers le continent. Facebook veut aider toutes les entreprises à s’y développer localement et régionalement Pour ce faire, notre équipe en Afrique et à travers le monde s'associe à des entreprises dans des pays clés à travers le continent, notamment en Afrique du Sud, qui est notre plaque tournante sur le continent. L’idée est d’établir des relations durables et de confiance avec nos principaux clients ainsi que leurs médias et leurs agences créatives.

Vous avez lancé le programme « Bots for Messenger ». Pouvez-vous nous expliquer en qui consiste ce programme ?

Nunu Ntshingila : nous nous engageons à aider les développeurs du Moyen-Orient et de l'Afrique à créer de nouveaux services et expériences innovants et attrayants sur notre plate-forme. Des programmes comme le « Bots for Messenger Developer Challenge » sont un excellent moyen pour nous de soutenir les développeurs à apprendre comment utiliser nos derniers outils afin de créer des offres qui ajoutent de la valeur à leurs clients et communautés. Cela s'ajoute à l'engagement de Facebook à promouvoir l'innovation au Moyen-Orient et en Afrique en fournissant aux développeurs et aux start-up les outils dont ils ont besoin pour construire, développer, monétiser et mesurer des produits et des services. Facebook se développe en promouvant l'innovation sur de nouvelles plates-formes. Voilà pourquoi nous avons lancé le Bots for Messenger Challenge, un concours pour reconnaître et récompenser les développeurs qui sont capables de créer les nouveaux bots (robots logiciels) les plus innovants sur Messenger.

Comment analysez-vous le marché du numérique en Afrique ?

Nunu Ntshingila : Facebook s'est engagé en Afrique, un continent « mobile-first » qui est de plus en plus connecté à notre réseau social. Depuis 2015, le nombre de personnes connectées à Facebook à travers le continent a augmenté de 42% pour atteindre plus de 170 millions de personnes actives mensuellement, dont 94% sont connectées via leur mobile. C’est dans cette optique qu’il est capital d'approfondir nos relations avec nos partenaires sur le continent : gouvernements, agences, décideurs, développeurs, entreprises de télécommunications, PME et autres parties prenantes. Nous écoutons constamment et apprenons à développer l'écosystème existant.

Quels sont les projets de Facebook en Afrique ?

Nunu Ntshingila : Notre équipe travaille sur les différents besoins de l'entreprise dans les pays clés à travers le continent. Nous réalisons ce travail grâce à l'éducation et au partenariat afin d'aider les entreprises à comprendre la valeur de Facebook. Nous avons récemment organisé une table ronde SMB (Small and Medium Business) au Ghana pour la visite de Chris Cox (Chef des produits de Facebook) en Afrique de l'Ouest. Nous avons rassemblé 11 entreprises locales pour une journée de discussion, de compréhension et d'éducation. En outre, nous avons lancé une série de formations « Boost Your Business » qui seront facilitées par des partenaires et formateurs locaux au Nigeria et en Afrique du Sud au cours des prochains mois. Au Kenya, ces formations seront organisées au second semestre. En Afrique du Sud, notre partenaire Livity Africa a accueilli cette année des sessions de formation d'une journée pour des PME. Nous soutenons également un Boot camp sur l’entreprenariat de six semaines en faveur de 20 jeunes dirigeants sud-africains de petites entreprises (âgés de 20 à 30 ans) pour les aider à développer leurs entreprises. Par ailleurs, « Uganda Fiber roll out », en partenariat avec Airtel & BCS, est un projet qui verra plus de 770 km de déploiement de fibres dans les zones sous-desservies du nord de l'Ouganda. En outre, de nombreuses entreprises ayant une présence africaine se sont jointes à nous et à d'autres personnes dans le « Telecom infrastructure Project » (TIP) qui pourrait contribuer à réduire le coût de l'infrastructure en Afrique.

Quels sont les problèmes auxquels vous faites face sur le continent ?

Nunu Ntshingila : Facebook croit que l'accès à Internet équivaut à accéder à des opportunités et à progresser. Internet améliore les connaissances, les économies, les vies et les communautés. C'est pourquoi, nous nous sommes assignés la mission de trouver les moyens de fournir une connexion Internet aux plus de 4 milliards de personnes qui ne sont pas encore connectés, notamment en Afrique. En partenariat avec les gouvernements, les entreprises de télécommunications, les développeurs de contenus locaux et d'applications, et d'autres parties prenantes, nous visons à aider ces personnes qui ne sont pas encore connectées à Internet à rejoindre l'économie et la société numérique mondiale. Grâce à des initiatives telles que Internet.org et Free Basics, nous avons déjà aidé des millions de personnes en ligne. Notre partenariat récent avec MTN Zambia pour le lancement de Free Basics et Facebook Flex, permet à leurs abonnés de rester connectés, de communiquer et d'accéder aux sites Web pertinents sans frais. Afin de permettre à tout le monde de bénéficier d’une excellente expérience sur Facebook, quel que soit l'endroit où il se connecte, nous avons lancé « Facebook Lite » comme une application native autonome conçue pour les périphériques Android de bas niveau sur des connexions de réseau irrégulier. Cela permet de fournir aux internautes une expérience Facebook fiable lorsque la bande passante est au minimum. Les entrepreneurs locaux et les développeurs seront ceux qui répondront au mieux aux besoins de leur communauté immédiate et nous travaillons avec les développeurs pour savoir comment les soutenir à cet effet.


Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter