Exclusif web

Les villes africaines où prospèrent les multimillionnaires

Par Harley Mckenson le 9 Février 2017


L’apparition progressive d’un environnement favorable au secteur privé a permis l’émergence d’un grand nombre de millionnaires dans les principales métropoles africaines.



La plupart des personnes qui ont bâti leur fortune ont profité d’un environnement favorable aux affaires. Certes, la réussite de ces individus ne saurait se résumer à des facteurs externes. Les aptitudes et qualités personnelles importent bien évidemment (ambition, énergie, goût du risque…). Mais dans la grande majorité des cas, ces millionnaires apparaissent d’abord comme les bénéficiaires d’un cadre propice à la création d'entreprises et à l'investissement : un écosystème pour start-ups solide, un vaste marché de consommateurs, la présence de multinationales, la stabilité politique ou la capacité des tribunaux à trancher rapidement des litiges commerciaux.
 
Parmi ces espaces favorables aux grands patrimoines africains, huit villes du continent se détachent par le nombre de High Net Worth Individuals [1] (HNWI) qu’elles abritent. Passage en revue de ces mégapoles où se bâtissent les grands patrimoines africains.
 
[1]Dans le jargon financier, les HNWI correspondent aux personnes disposant d'actifs équivalant à au moins 1 million de dollars US, sans compter leur résidence principale et les biens de consommation.

Nairobi

D’après l’African Wealth Report (AWR), on dénombrait 5,771 HNWI dans la capitale kényane en 2016. Dotée d’infrastructures de classe mondiale pour le tourisme d’affaires, Nairobi attire les talents de tous horizons et sert de quartier général aux grands noms du web et de l’informatique tels que Microsoft, IBM ou Google pour leurs opérations en Afrique de l’Est. La ville s’affirme du reste comme un hub numérique bouillonnant, au point que l’écosystème technologique kenyan est surnommé la « Silicon Savannah ».

Casablanca

Casablanca est la capitale économique du Maroc, une ville au sein de laquelle une grande partie des près de 5000 millionnaires en dollars du royaume chérifien seraient concentrés. Première fortune du pays, l’homme d’affaires Othman Benjelloun (Fortune : $1.9 milliard selon Forbes US) y a pour sa part implanter le siège social de BMCE Bank of Africa.
 
Podcast à écouter également :  Le top 30 des fortunes francophones
 
La proximité géographique de la métropole avec l’Europe constitue sans conteste un atout, qui permet aux entrepreneurs de conquérir d’autres marchés de consommation. Le Bloomberg Innovation Index 2017 place quant à lui le Maroc dans le top 50 des économies les plus innovantes au monde et le Global Entrepreneurship and Development Institute (GEDI) considère que le pays offre un bon savoir-faire en matière de TIC. En tant que centre financier, Casablanca a détrôné la ville de Johannesburg, devenant 1ère du classement en Afrique en termes d’attractivité selon le Global Financial Centers Index, l’indice de référence du secteur.
 
Une distinction méritée pour Lamia Merzouki, Directrice générale adjointe du centre financier marocain, pour qui « Casablanca Finance City est un hub économique et financier offrant une plateforme optimale : facilité à faire des affaires, connectivité aérienne inégalée avec une desserte de plus d’une trentaine de villes africaines, structure de coûts attractive, pool de talents, disponibilité du capital…».

Lagos

Lagos, capitale tentaculaire (12,5 millions d’habitants) du Nigeria, compterait selon l’AWR 8024 millionnaires. Une ville où les grandes enseignes internationales se ruent pour conquérir les classes moyennes, malgré les problèmes d’insécurité qui perdurent dans de nombreuses zones.
 
« Lagos, c'est le New York de l'Afrique, une ville où tout le monde gère seul son électricité et sa sécurité. Cela est très impressionnant mais la récompense pour ceux qui acceptent le challenge est grande », explique ainsi Roberta Nouboue, directrice de Madingwa Real Estate, une agence immobilière positionnée sur le créneau du haut de gamme et du luxe.
 
Les secteurs porteurs y sont nombreux, parmi lesquels le transport, l’agroalimentaire, le textile, la téléphonie mobile et le BTP. Figure tutélaire du monde des affaires local, Aliko Dangote (fortune : $12.4 milliards selon Forbes US) a de son côté su profiter de cet immense marché intérieur pour bâtir son empire industriel, axé autour du ciment et faire avancer ses autres intérêts.

Johannesburg

En 2015, l’African Wealth Report a recensé 25535 HNWI à Johannesburg, la plus forte concentration de millionnaires pour une ville africaine. On y trouve parmi eux Patrice Motsepe ($1.1 billion) et sa sœur ainée Bridgette Radebe qui ont investi, chacun de leur côté, dans l'or et le platinum. La « Cité de l’Or » demeure le poumon économique de l’Afrique du sud, un pays où il est facile d’obtenir un crédit bancaire pour lancer son activité.
 
« L’Afrique du Sud offre une fiscalité avantageuse pour les entrepreneurs. J’ai pu réaliser mon African Dream à Johannesburg, en créant mon magazine, un projet que je n’aurais jamais pu concrétiser dans mon pays d’origine », déclarait ainsi récemment la congolaise, Vénicia Guinot, fondatrice de Tropics Magazine
 
A lire également : Villes d’Afrique, une compétition riche de promesses

Gaborone

Gaborone est la capitale du Botswana, un pays salué dans le monde entier comme une démocratie au fonctionnement exemplaire. D’après l’étude « New World Wealth Report», l’on y dénombrerait 1200 millionnaires, parmi lesquels Kagiso Mmusi, fondateur de Pula Holdings, un véhicule d’investissements constitué de participations dans les TIC, la publicité, l’énergie et la grande distribution. Avec un système financier développé, Gaborone offre l’un des environnements les plus favorables aux affaires  du continent (3e), selon le dernier rapport Doing Business de la Banque mondiale.

Les villes africaines où prospèrent les multimillionnaires

Ajouté à cela le fait que le délai concernant le règlement des litiges né d’une activité commerciale est relativement court par rapport à la moyenne dans les autres métropoles du continent. D’une manière générale, le Global Peace Indexconsidère que le Botswana figure parmi les pays les plus pacifiques et du monde, un critère qui peut influer les super riches dans leur décision d’investir à Gaborone.

Les villes africaines où prospèrent les multimillionnaires

Le Caire

Parmi les 13,426 HWNI recensés au Caire selon l’AWR, se trouve Naguib Sawiris, actionnaire principal de l’opérateur de téléphonie Orascom Telecom Holding, dont la fortune est estimée à 3,8 milliards de dollars selon Forbes US. Internet a un poids grandissant dans l’économie. Le taux de pénétration d'Internet en Egypte avoisine les 40%, selon le site « Internet World Stats » et il est fort à parier que le commerce électronique et la téléphonie mobile constitueront des opportunités d’investissement prometteuses, particulièrement dans la capitale égyptienne, qui représente le deuxième marché de consommateurs le plus important sur le continent africain après celui de Lagos.

Cape Town

Raymond Ackerman (fortune : 545 Million de dollars selon Forbes US), fondateur de Pick N Pay Group, une chaine de supermarché, fait partie des 9,846 millionnaires se trouvant à Cape Town (Source : AWR).
Selon une enquête du cabinet Ernst & Young datée de 2014, le marché des médias et le tourisme seraient des secteurs particulièrement porteurs. La« Cité-Mère »se distingue également par un écosystème entrepreneurial performant, la ville représentant notamment un hub pour le high-tech sud-africain. D’où la création de Silicon Cape, une association qui est censée contribuer à l’amélioration du climat des affaires, et susceptible de faire émerger des start-ups à fort potentiel de croissance.

Accra

En 2015, Accra comptait 2303 millionnaires selon le cabinet New World Wealth. Kwabena Duffuor, propriétaire de Star Assurance Company Limited, le groupe de medias « EIB Network Ghana » et uniBank Ghana y a installé le siège principal de ses affaires. Accra est la capitale d’un pays qui figure parmi les nations les plus stables sur le plan politique, un critère pris en compte par les aspirants entrepreneurs et les investisseurs potentiels. L’édition 2014 de Doing Business indiquait par exemple que le « Ghana présente le meilleur environnement des affaires en Afrique de l’Ouest » et le « Global Entrepreneurship and Development Institute » a récemment placé le pays dans le top 5 des meilleurs écosystèmes entrepreneuriaux en Afrique subsaharienne.


Dans la même rubrique :
< >
Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter