Exclusif web

Le Nigeria lève 300 millions de dollars grâce au « diaspora bond »

Par OJU BABAYARO le 1 Juillet 2017


Par ces temps de crise, le gouvernement nigérian multiplie les initiatives pour trouver de nouvelles sources de financement. Dernière en date, un emprunt ciblant la diaspora nigériane. Une tentative couronnée de succès puisqu’elle a permis de lever 300 millions de dollars.



Satisfecit gouvernemental

Le « Diaspora Bond » émis par les autorités du Nigeria connaît un franc succès. En effet, ce produit destiné à collecter des ressources financières auprès de la diaspora a permis au gouvernement de lever 300 millions de dollars dans la seule journée du lundi 19 juin 2017.
Selon Abraham Nwankwo, le Directeur du Debt Management Office, l’institution chargée de piloter cette opération, cet emprunt oblogatiare s’est soldé par un taux de souscription de 130%. Il a notamment révélé que ce produit était conçu pour s’adresser à des particuliers et non à des investisseurs institutionnels comme c’est généralement le cas. Les bonds ont été souscrits à un taux d’intérêt de 5,625%, pour une durée de cinq ans. Les autorités d’Abuja mettent visiblement de grands espoirs dans le succès de ce nouvel instrument pour relancer l’économie du pays. « C’est une nouvelle source de financement pour le gouvernement fédéral du Nigéria…Ceci permettra de financer des projets pour le développement du pays », confiait ainsi Abraham Nwankwo, dans une déclaration relayée par la presse locale.

Agrément des autorités américaines et britanniques

Ce produit financier a été placé sur le marché américain, la diaspora nigériane étant très nombreuse dans ce pays. Le Nigeria est ainsi devenu le premier pays africain autorisé à placer sur le marché américain un produit financier destiné à des investisseurs individuels ou particuliers. Il s’agit d’un segment fortement réglementé et étroitement surveillé par la Securities and Exchange Commission (SEC), l’autorité américaine de régulation des marchés financiers. L’agrément accordé par la SEC permet au gouvernement fédéral du Nigeria de renouveler régulièrement ce genre d’opération à l’avenir et d’accéder à une nouvelle catégorie d’investisseurs, notamment les banques privées et les gestionnaires de fortune installés aux Etats-Unis. Un vrai plus : « les autres pays africains souhaitant lever des fonds sur les marchés financiers internationaux ne peuvent recourir qu’aux eurobonds, dont la portée est limitée aux investisseurs institutionnels », explique Abraham Nwankwo.

La ministre nigériane des Finances, Kemi Adeosun, a également exprimé sa satisfaction : « Cette approbation de la SEC indique que nous avons atteint le niveau le plus élevé de transparence et de responsabilité dans notre processus économique », s’est-elle réjouit, ajoutant au passage que « le Diaspora Bond est le premier emprunt émis par un Etat souverain africain, inscrit auprès de la SEC des États-Unis et de la United Kingdom Listing Authority (UKLA), et destiné aux investisseurs individuels ». Elle a par ailleurs observé que cela aurait un effet positif sur la notation du Nigeria par les agences financières. Pour assurer le succès de l’opération, une délégation d’officiels nigérians avait effectué une campagne de prospection dans plusieurs grandes villes du monde, notamment New York, Londres, Miami ou encore Genève. Il faudra cependant disposer de plus amples informations pour savoir si les investisseurs qui ont répondu à l’appel sont bel et bien des personnes issues de la diaspora nigériane.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Septembre 2017 - 18:34 Mirabell MAYACK, organisatrice de Business Events

Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter