Exclusif web

L’Italie, premier pays européen pour les investissements en Afrique

Par Patrick Ndungidi le 24 Août 2017


Le dernier rapport de l’Organisation pour la coopération et le développement en Europe (OCDE), place l’Italie au premier rang des pays investisseurs en Afrique au niveau européen en 2016 et au troisième rang au niveau mondial derrière la Chine et Les Emirats arabes unis.



L’Italie, selon le rapport, est ainsi le premier pays européen à investir sur le continent avec 11,6 milliards de dollars d’investissements publics et privés. La Chine, pour sa part, a investi 38,4 milliards et les Emirats arabes unis 14,9 milliards, indique le rapport, ce qui place l’Italie au troisième rang mondial pour les investissements en Afrique derrière ces deux pays. Les engagements italiens se font en premier lieu dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, des technologies, de l’agriculture et du tourisme. L’entreprise italienne ENI (Ente nazionale idrocarburi), spécialisée notamment dans l’exploration, la production et la distribution du pétrole et du gaz naturel est celle qui a le plus investi en Afrique sur la période, avec plus de 8,1 milliards d'euros. ENI est présente dans 73 pays à travers le monde dont 14 pays en Afrique : Algérie, Angola, Egypte, Gabon, Ghana, Côte d’ivoire, Kenya, Liberia, Lybie, Mozambique, Nigéria, République du Congo, Afrique du sud et Tunisie. Le groupe italien prévoit d’investir 20 milliards d’euros sur le continent d’ici 2020, ce qui représente environ 60% des investissements prévus par ENI durant cette période. Des fonds qui devraient être principalement affectés au développement des gisements de pétrole et de gaz mis à jour par la multinationale en Afrique notamment en Égypte. Dans ce pays, le groupe a réalisé, en août 2015, une découverte gazière majeure dans le champ offshore Zohr, soit l’équivalent de 5,5 milliards de barils de pétrole. En outre, en juin dernier, la multinationale italienne a annoncé qu’elle allait investir 8 milliards de dollars dans l'exploitation et l'export de gaz naturel au Mozambique. Cet investissement correspond à l'exploitation des immenses réserves de gaz découvertes dans le nord du Mozambique depuis 2010 et estimées à 5.000 milliards de mètres cubes.
 
D’autres groupes italiens, tels que l’entreprise agroalimentaire Ferrero, sont également présents sur le continent. Ferrero, avec ses marques phares « Nutella » et « Kinder » notamment, vend ses produits dans la quasi-totalité des pays africains et dispose d’entreprises en Afrique du Sud et au Cameroun. Bien plus, le groupe Salini Impregilo, spécialisé dans le Bâtiment et travaux publics (BTP) concentre ses activités à l’international en Afrique, principalement en Ethiopie. L’entreprise réalise presque 20% de son chiffre d’affaires sur le continent. La liste des pays destinataires des investissements italiens reste globalement inchangée depuis 2003. Les bénéficiaires sont principalement le Mozambique, le Nigeria, l’Égypte, la Tunisie et l’Afrique du Sud. Les investissements italiens sont principalement destinés au secteur clé de l’exploitation des ressources naturelles, comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel.

Une volonté politique au service de l’économie

Le renforcement de la présence économique italienne sur le continent traduit la volonté manifestée par les dirigeants de la 7Eme économie mondiale d’établir un partenariat « win-win » en dehors du schéma souvent décrié de l’aide au développement. En 2014, l’ancien premier ministre italien, Matteo Renzi, a effectué une visite économique inédite sur le continent, visitant 3 pays en trois jours : Mozambique, Congo et Angola. En outre, en mars 2016, le président italien Sergio Mattarella, avait effectué la première visite historique d’un chef d’Etat italien en Afrique centrale, au Cameroun, après avoir été en Ethiopie. Par ailleurs, les autorités italiennes avaient organisé à Rome la conférence « L’Afrique et nous, Défis et prospectives communs à la lumière des données du Rapport économique sur l’Afrique 2016 »  qui avait rassemblé des ministres africains de l’économie au siège du ministère italien des Affaires étrangères en Italie ainsi que des entrepreneurs et des investisseurs italiens. Des délégations de 52 pays africains avaient pris part à ce forum A cette occasion, Mario Giro, vice-ministre italien des Affaires étrangères avait fait savoir qu’entre 2014 et 2015, les investissements directs italiens en Afrique ont crû de 100%. « Notre pays est entré dans le top-15 des grands investisseurs dans ce continent. Il nous faut insister sur la diversification des investissements, pas seulement sur l’exploitation des matières premières ; il nous faut insister aussi sur leur transformation. « Des secteurs comme ceux de la manufacture, de l’agroalimentaire, de l’énergie et des transports sont ceux où le know-how italien peut apporter un plus et des avantages réciproques. Nous avons besoin d’un véritable partenariat avec des chiffres importants ayant un impact positif sur la création d’emplois, et donc pour le développement », avait-déclaré Mario Giro.

Africa Act

Par ailleurs, l’Italie a inscrit dans son budget 2017 l’« Africa Act », un fonds doté de 200 millions d'euros, à travers lequel les autorités italiennes espèrent mobiliser plusieurs dizaines de milliards d'euros pour permettre de tripler les investissements italiens et positionner le pays comme un hub pour les investissements en Afrique au bénéfice des entreprises italiennes et étrangères. Des avantages fiscaux pourraient ainsi être accordés aux italiens ou étrangers qui investissent sur le continent en priorité dans les domaines des transports, des infrastructures, de l'énergie et de l'agriculture. En outre un accès aux crédits serait facilité aux investisseurs privés et enfin un soutien à la formation, avec notamment un renforcement des échanges universitaires serait mis en place. En somme, à l’instar de nombreux autres pays, l’Italie mise désormais sur l’Afrique, un continent devenu incontournable.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Septembre 2017 - 18:34 Mirabell MAYACK, organisatrice de Business Events

Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter