Management

Investir en bourse : les 6 règles d'or

Par Par Harley Kengéléwa le 19 Mai 2016


Les performances de certaines Bourses africaines n’ont rien à envier à celles de leurs homologues occidentales, ce qui constitue une formidable opportunité pour les investisseurs, à condition de respecter quelques principes de base.



crédits : AFP
crédits : AFP
Aujourd’hui, les banques et les sociétés d’investissement donnent l’opportunité aux particuliers de faire fortune sur vingt-neuf places financières en Afrique. Toutefois, il ne s’agit nullement d’un jeu de casino. Acheter des actions requiert au préalable de la méthode, de la patience, de l’endurance, une réactivité et un mental d’acier. Voici 6 conseils qui vous aideront à bien débuter en Bourse.

1. Diversifiez votre portefeuille en actions

Selon l’adage boursier, il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. Il est généralement conseillé de bâtir un portefeuille composé de 8 à 10 lignes d’actions pour se protéger du risque de fluctuation du cours des titres. De ce point de vue, il est difficile pour un particulier d’appliquer ce principe de précaution en Afrique centrale, une sous-région dans laquelle la Douala Stock Exchange (DSX) n’abrite que trois sociétés cotées, tandis que la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC), basée à Libreville au Gabon, n’enregistre qu’une entreprise dans son compartiment Action. « DSX est une coquille vide ! Personnellement, je lorgne plus du côté de Lagos », affirme Zachée Lapée, un entrepreneur camerounais qui s’est lancé dans la production d’huile alimentaire et d’engrais biologique, et envisage d’investir en Bourse. En effet, les investisseurs disposent d’un bien plus large choix à la Nigerian Stock Exchange, place financière qualifiée d’« eldorado boursier » par les connaisseurs.

2. Ciblez les pays où les classes moyennes montent en puissance

La proportion de personnes issues des classes aisées et moyennes est beaucoup plus forte dans la sphère anglophone. « Il faut cibler le Nigéria, le Ghana et le Kenya, pays dans lesquels se développent le secteur des télécoms, l’agrobusiness, l’immobilier, la santé et l’éducation », renchérit Zachée Lapée.

A lire également : Bourse de Nairobi : la bande des quatre

Les classes moyennes constituent le moteur de croissance dans ces pays d’Afrique, ce qui explique en partie l’attractivité de la Nairobi Stock Exchange, de la Nigerian Stock Exchange et de la Ghana Stock Exchange.

3. L'information est le nerf de la guerre

Avant d’acquérir des actions en Bourse, il est primordial de s’informer au mieux sur l’état de santé des sociétés cotées, le niveau de compétences de l’équipe managériale, la stratégie mise en place, les parts de marché détenues dans le secteur d’activité concerné, ou encore la capacité d’innovation au sein de chaque entreprise. Autant de facteurs qui impactent positivement ou négativement le cours du titre. Vous avez aussi la possibilité d’obtenir des informations en épluchant la presse économique ou en consultant des sites qui accordent une place privilégiée aux étoiles montantes de la scène entrepreneuriale : Jeune Afrique Economie, EcoFin, le Monde Afrique, le Point Afrique ou… Forbes Afrique ! 

Article connexe : Thierry Ekouti : au cœur de la presse économique camerounaise

Mais il vous faudra également accorder une attention particulière à l’environnement extérieur au sein duquel la société ciblée évolue. Par exemple, des incertitudes politiques, des troubles militaires, des mouvements sociaux de grande ampleur ou la fermeture des frontières avec un pays voisin considéré comme une source d’approvisionnement régulier de produits de première nécessité peuvent influencer le cours de l’action à la baisse. A contrario, la nomination d’un nouveau ministre de l’Économie et des Finances jouissant d’une réputation d’homme compétent et intègre, la découverte d’un important gisement pétrolier pouvant contribuer à rendre le pays plus prospère ou la mise en place de mesures fiscales avantageuses en faveur des entreprises innovantes entraîneront une tendance à la hausse du titre.

4. Utilisez uniquement l'argent dont vous n'avez pas besoin

La volatilité des cours de Bourse est telle qu’un épargnant risque de voir ses placements partir en fumée ou, au contraire, a la possibilité de devenir millionnaire, à l’instar des détenteurs d’actions « Guiness Ghana », dont le cours s’était envolé de 438 % à la Ghana Stock Exchange en 2003. Le plus sage pour ceux qui souhaitent s’enrichir en Bourse est d’utiliser exclusivement le surplus d’argent dont ils n’ont pas besoin. Puiser dans le budget familial dédié aux dépenses courantes peut s’avérer désastreux sur le plan financier et psychologique en cas de mauvaises décisions à cause du manque d’information pertinente sur les sociétés cotées concernées.

5. Faites preuve de patience

Investir en Bourse est un travail qui requiert beaucoup de sérénité et de patience. Au regard des performances réalisées par la Bourse régionale des valeurs mobilières d’Afrique de l’Ouest, basée à Abidjan (BRVM), privilégiez un horizon de placement qui varie entre 5 ans et 8 ans pour espérer obtenir de bons rendements.

Article connexe    5 questions à Maurice Botoh Yapo

Si au contraire, vous souhaitez acheter des actions avec des perspectives de retour sur investissement sur une période très courte, tournez-vous plutôt vers la Nigerian Stock Exchange où l’espérance de gain et, malheureusement, le risque de perte, sont extrêmement élevés.

6. Plan B : faites appel à un trader

Si vous ne vous sentez pas capable de gérer vous-même vos ordres de Bourse ou l’énorme stress attribuable à l’activité boursière, vous pouvez engager un professionnel pour vous accompagner dans vos opérations financières, une option choisie par Bourahima Ouattara Amoa, un épargnant ivoirien qui a sollicité les services d’un trader au sein d’Ecobank.


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Juin 2017 - 09:55 L’art subtil du business plan

Lundi 20 Mars 2017 - 14:45 La révolution « soft skills »

Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter