Rédigée le 5 Juillet 2017

Figures de l'ombre

Si vous ne l’avez pas encore fait, il urge de voir ce film qui relate l’histoire de trois Afro-Américaines travaillant pour la Nasa au début des années 1960.


Trois génies des mathématiques prêtes à braver tous les interdits de l’époque pour servir leur patrie, tout en nourrissant leur passion des chiffres et du travail bien fait. Un beau film tout en finesse, sans ostentation et sans excès de sensations. Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson ont été les cerveaux grâce auxquels les Etats-Unis ont réussi à envoyer un homme dans l’espace. Le film rend un vibrant hommage à ces incroyables ordinateurs humains, à leur
dignité, leur talent, leur loyauté, leur ténacité, leur volonté, leurs qualités humaines exceptionnelles, leur crédibilité absolue et leur sens de la répartie. La performance magistrale des actrices Taraji P. Henson, Octavia Spencer et Janelle Monáe, aux côtés de Kevin Costner, Kirsten Dunst, Jim Parsons, Glen Powell et Mahershala Ali, en fait un film agréable et passionnant dans lequel on se plonge sans diffi”culté. Le scénario, basé sur le livre de Margot Lee Shetterly, a été écrit par Theodore Melfi, également directeur du film, sorti en décembre 2016 et distribué par la 20th ™Century Fox. Bien accueilli par les critiques cinématographiques et projeté à l’international, le film a généré environ 229 ™millions de dollars américains de recettes pour un coût de production de 25 ™millions de dollars. Hidden Figures (Les Figures de l’ombre) a été sélectionné par le National Board of Review comme étant l’un des dix meilleurs films de l’année 2016. Il a été nominé pour de nombreux prix, y compris trois nominations aux Oscars et deux aux Golden Globes, et gagné le « Screen Actors Guild Award for Outstanding Performance by a Cast in a Motion Picture ». Pharrell Williams se trouve parmi les compositeurs de musique et producteurs du film. Par-delà le succès cinématographique de Hidden Figures, il y a des enseignements à en tirer. Premier constat™: les secrets sortent de plus en plus des placards et des mémoires pour reconnaître aux Afro-Américains leur part dans l’histoire des Etats-Unis. Une part qui dépasse l’esclavage et la servitude. Hormis ces trois femmes prodiges, Hidden Figures nous fait découvrir une armée de mathématiciennes afro-américaines employées par la Nasa comme « calculatrices », et nous rappelle que l’exception n’était pas leur compétence mais le choix qu’a fait la Nasa de passer outre les lois ségrégationnistes en vigueur à l’époque pour atteindre un objectif vital pour la nation américaine. Ces femmes, devenues incontournables de par leur extraordinaire intelligence, sont une source d’inspiration pour les jeunes générations de filles noires de toutes origines aujourd’hui. On nous répète sans cesse d’une conférence à l’autre que le nombre de femmes africaines scientifiques est insuffi”sant. Voilà peut-être un moyen pour motiver de nombreuses filles d’origine africaine, quelle que soit leur nationalité, et les inciter à sortir de l’ombre pour projeter leur lumière sur le monde.
Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine

Inscription à la newsletter

Facebook