Cover story

Eldoret : business-city des athlètes kényans

Par ROMAIN GRAS et VALENTIN EHKIRCH le 7 Février 2017


A trois cents kilomètres à l’ouest de la capitale, la ville d’Eldoret aime à se nommer le « berceau des champions ». Construite sur la gloire des athlètes, elle connaît la croissance la plus forte du pays. Un eldorado pour les victorieux marathoniens qui viennent y investir leur argent, et transforment leurs victoires en outils de business.



Fresque en mosaïque, dans un immeuble du centre-ville d’Eldoret. ©VALENTIN EHKIRCH
Fresque en mosaïque, dans un immeuble du centre-ville d’Eldoret. ©VALENTIN EHKIRCH
Accoudé nonchalamment sur un comptoir de verre dans le Tulin Market, Moses Kiptanui tapote calmement sur son smartphone. Téléphones, piles, batteries de portable, l’étal bleu qui se dresse derrière lui propose de tout.
   Vingt et un ans plus tôt, ce directeur de supermarché au regard acéré et au crâne lisse, imperturbable et presque invisible au milieu du va-et-vient du personnel en blouse kaki, a été le premier athlète à descendre sous la barre des huit minutes sur 3000 mètres steeple, sa discipline reine. Une performance historique, le deuxième des trois records du monde qu’il battra sur la distance entre 1992 et 1995.
    A 46‰ans, Kiptanui a troqué la tunique rouge et verte des dieux kényans du demi-fond pour une chemise blanche à pois bleus. Un accoutrement qui cintre un corps encore a‹ffûté, élégant, comme pour rappeler que celui qui est aujourd’hui un des principaux businessmen d’Eldoret fut l’une des premières idoles de l’athlétisme kényan.
    En quarante ans, sous l’impulsion de ces athlètes-businessmen qui ont investi leurs gains dans les a‹ffaires, Eldoret, ancien fief fermier, est devenue la ville qui connaît la plus forte croissance du Kenya.

"La plus grande ville du monde pour l'athlétisme"

A la tête du Tulin Supermarket, de plusieurs fermes et du Komora Center, un bâtiment qui regroupe un ensemble de télécommunications, bureaux et cabinets médicaux, situé à la gare routière, Kiptanui emploie plus de 200‰ personnes. « J’ai avant tout investi pour moi, tempère-t-il d’un air froid. J’ai été athlète durant neuf ans, et puis je me suis rompu le tendon d’Achille. Imaginez, si je n’avais pas mis d’argent de côté, ma vie aurait été terrible. Si moi, ici, j’emploie 50‰ personnes, et que 50‰ athlètes font pareil que moi, combien d’emplois au final allons-nous créer? A Eldoret, on trouve des dizaines de champions, mondiaux et olympiques, et nombre de recordmen du monde. On a le potentiel pour devenir la plus grande ville du monde pour l’athlétisme. » Selon le Nairobi Stock Exchange (NSE), la Bourse kényane, les coureurs posséderaient 40‰% du Central Business District, coeur économique de la ville. « En 2014 seulement, douze projets de constructions de bâtiments ont été validés, dont deux hôtels et trois complexes d’appartements à l’initiative d’athlètes », précise Nelson Muia, consultant au NSE.

Numéro 41 Février 2017
Numéro 41 Février 2017
Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 30 du numéro 41 Février 2017, en vente ICI.


Dans la même rubrique :
< >
Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter