Portrait

African Markets : «la banque de données sur l’économie africaine»

Par NAOMI DONNA le 9 Décembre 2016


Créée en 2012 par le financier d’origine camerounaise Romuald Yonga, African Markets est une plateforme d’informations boursières relatives à l’Afrique. Ce concept connaît une nouvelle dynamique en 2014, quand Jean-Julien Ilunga, financier et entrepreneur, originaire de RDC, décide de renforcer l’entreprise de son confrère.



A gauche, Jean-Julien Ilunga. A droite, Romuald Yonga.
A gauche, Jean-Julien Ilunga. A droite, Romuald Yonga.
African Markets est un site d’informations boursières, estampillées Afrique. Une entité qui a pour but de contribuer au développement des Bourses du continent à travers la démocratisation de l’accès à l’information financière africaine. Créée par deux amoureux du marché financier africain, cette société a pris son envol en 2014, suite à l’association de ses deux pères fondateurs, via une société d’investissement belge, Virtuology International.
 

Création et évolution

C’est depuis sa chambre à Paris que Romuald Yonga, employé chez BNP Paribas, crée, en mars 2012, une plateforme innovante : African Markets. Révolté par le manque d’informations sur les marchés africains, ce passionné des Bourses se donne pour objectif de faire de ce bébé une entité qui fournira l’ensemble des outils nécessaires aux investisseurs pour s’informer, découvrir et investir sur les Bourses africaines. « J’ai compris qu’avec la chute des valeurs sur les marchés occidentaux, les investisseurs allaient se tourner vers l’Afrique. Mais parce qu’il y avait un manque d’informations, il fallait faire quelque chose….», explique Romuald Yonga.

Un peu plus au nord de l’Europe, Jean-Julien Ilunga, financier, entrepreneur, est motivé par l’idée d’apporter des investissements pour développer le Congo, son pays d’origine, et l’Afrique en général. Il démissionne de son poste au sein de la filiale de BNP Paribas en Belgique et se lance dans le business des marchés africains. Celui qui aide dès lors les entrepreneurs à trouver les marchés d’investissement en Afrique découvre African Markets. Lui vient alors l’idée de contacter le créateur du concept. « Mon associé, Romuald Yonga, avait déjà ouvert un site Internet qui n’était pas régulièrement mis à jour, faute de temps, car lui-même continuait de travailler… Parce qu’il y avait un manque d’informations, quelque chose devait être fait », indique-t-il.
    Au cours de leurs rencontres émerge la possibilité d’un partenariat, non seulement en raison de leurs centres d’intérêt communs, mais aussi en raison de leur complémentarité. Le besoin était grand, mais l’offre était rare. « Je lui ai dit : “Tu fais dans le market finance, tu connais tout ce qui est trading, etc. Moi, je me connais en corporate finance, je peux apporter la partie analyse des entreprises, les états financiers, etc. Créons une société ensemble, où nous ferons de African Markets une véritable plateforme qui génère de l’argent.” Et c’est comme ça qu’en 2014 nous avons décidé d’immatriculer la société à Bruxelles », raconte Jean-Julien Ilunga.

Numéro 40, Décembre 2016-Janvier 2017
Numéro 40, Décembre 2016-Janvier 2017
Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 80 du numéro 40 Décembre 2016-Janvier 2017, en vente ICI.


Dans la même rubrique :
< >
Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter