Cover story

Adams Tidjani, le maître-penseur du biodigesteur

Par JULIEN CHONGWANG le 15 Février 2017


Cet universitaire sénégalais s’investit depuis plusieurs années dans la préservation de la nature à travers la production dans les villages du biogaz et du biocharbon pour cuisiner ou pour s’éclairer - des sources d’énergie alternatives au feu de bois.



Lors d’un panel de discussions à l’occasion du Next Einstein Forum qui s’est tenu en mars dernier à Dakar au Sénégal, Adams Tidjani avait défendu avec force arguments la nécessité en Afrique de réduire la part de la science fondamentale dans les enseignements et la formation pour privilégier la science appliquée. Celle-là qui permet de créer directement des techniques, des instruments ou des innovations à même de résoudre des problèmes auxquels font face les populations au quotidien. Ce que beaucoup dans la salle ignoraient ce jour-là est que ce professeur de physique nucléaire à l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar ne se contente pas de tenir de beaux discours. Il prêche par l’exemple. Humble, il ne s’était en eff‰et pas étendu outre mesure sur ses propres activités pour étayer sa position dans le débat. Pourtant, à Ngueye Ngueye, village du département de Bambey, région de Diourbel au Sénégal, il a pensé et fait construire un système de production d’énergie qui fait déjà la fierté d’un certain nombre de ménages dans cette localité située à quelque 130 “km de Dakar. Il s’agit du biodigesteur, un instrument utilisant des excréments humains et de la bouse de vache pour produire du biogaz.
    Il explique le fonctionnement du système“: «—Le biodigesteur est une chambre souterraine au-dessus de laquelle on a construit un petit réservoir où on verse de la bouse de vache. Ce biodigesteur est connecté à des latrines. Dans le petit réservoir, on met de la bouse de vache et on y ajoute de l’eau.—» Le réservoir en question est muni d’un manche par lequel on retourne le mélange pour lui permettre de s’écouler dans la chambre du biodigesteur par un canal étroit. «—C’est dans cette chambre que se produit la réaction de méthanisation entre la bouse de vache et les excréments humains pour produire du biogaz. Le résidu solide qui est appelé digestat est ensuite récupéré et utilisé comme engrais dans l’agriculture—», poursuit-il. Pour boucler le processus, un tuyau va du biodigesteur à la cuisine où il est connecté à un réchaud à gaz ou à une lampe à gaz classiques. Il sušt alors d’ouvrir les vannes du tuyau pour que le gaz alimente le réchaud et la lampe, qui fonctionnent comme des appareils ordinaires.

Numéro 41 Février 2017
Numéro 41 Février 2017
Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous à la page 74 du numéro 41 Février 2017, en vente ICI.


Dans la même rubrique :
< >
Facebook



Découvrez le sommaire des derniers numéros du magazine


Inscription à la newsletter